La compensation Carbone: to be or not to bio

Il y a quelques semaines nous vous parlions de reforestation et de plantation d’arbres en Afrique. Cette semaine nous vous parlons de compensation carbone destinée aux entreprises et aux particuliers.

Si les incitations à destination des entreprises à rendre leur business plus « vert » ne manquent pas, il ne faut pas être dupe pour autant : toutes les entreprises ne franchiront pas le cap du Green-Business. Au mieux, quelques actions éparses allant dans le sens d’un développement durable, mais rarement une démarche de fond vers une réelle stratégie verte. Pour ces entreprises-là, une autre solution de secours existe, permettant de compenser a posteriori les émissions de CO2 : c’est la compensation carbone.

Pour mieux décrypter ce concept en plein essor, les conseils de Hadj Khelil, expert en Green-Business et directeur de Bionoor.

Le principe de la compensation carbone

La compensation carbone consiste, comme son nom l’indique, à compenser son émission de CO2 via le paiement d’une redevance (environ 10 € la tonne de CO2). Comme nous le verrons plus tard, il existe deux types de compensation carbone : une volontaire et une obligatoire.

Mais techniquement, comme cela se passe de manière concrète ? Le procédé est assez simple : l’entreprise en question contactera une société spécialisée dans ce domaine (une trentaine existe actuellement) et lui soumettra sa requête. La société auditrice se rendra alors chez l’entreprise cliente afin de réaliser un diagnostic de sa quantité de CO2 émise. Une fois le calcul effectué et la quantité déterminée, l’entreprise paiera sa compensation carbone matérialisée sous forme de certificat Onusien (ce processus est en effet bien cadré par l’ONU), en congruence avec la quantité qu’elle émet.

Les deux versants de la compensation carbone

Comme nous l’avons mentionné plus haut, il existe une compensation obligatoire et une autre volontaire (ou facultative).

La compensation carbone obligatoire a été ratifiée par le protocole de Kyoto en 1997, protocole signé par plus de 170 pays à travers le monde et visant à limiter la pollution de la planète, notamment en limitant les gaz à effets de serre. A l’issue de cette rencontre internationale, la compensation carbone a été rendue obligatoire à certains secteurs industriels tels de l’automobile ou l’industrie du papier, quand d’autres pouvaient y participer sur la base du volontariat. Concernant le volet volontaire de ce concept, il est intéressant de souligner que peuvent s’impliquer des entreprises certes, mais aussi des particuliers. Cet engagement citoyen individuel se traduit par un calcul des émissions de CO2 que tout un chacun peut effectuer grâce à un calculateur carbone. Seront ainsi prises en compte les consommations quotidiennes de vous et de votre famille (consommation annuelle de gaz et d’électricité, essence pour votre voiture,…), et vous saurez ensuite combien vous devez payer pour compenser votre émission de CO2.

Fallait y (com)penser !

Bionoor plante des arbres en Afrique

Depuis 2005, la société Bionoor a mis en place un programme de plantation d’arbres en Afrique, dans un objectif de compensation carbone. Cette volonté s’inscrit dans un mouvement de développement durable en y associant une exigence pédagogique. En effet, le programme lancé par Bionoor implique directement les écoles et les enfants dans cette démarche environnementale.

 

Pour en savoir plus, je vous propose de nous suivre dans un reportage sur le continent africain.

 

Bionoor – campagne de plantation 2012 – Algérie :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=98w6lzQik3U[/youtube]

« Planter 1000 arbres en Algérie » : une campagne réussie !

Cette première semaine d’avril a été l’occasion de « Planter 1000 arbres en Algérie » grâce à vos achats sur la page consacrée du site. Alors que notre responsable Hadj Khelil a quitté les régions concernées pour se consacrer aux activités algéroises de l’entreprise, l’heure est sans doute venue de faire un premier bilan.

"Planter 1000 arbre en Algérie"

Le compte y est !

L’opération ne s’est bien entendu pas faite en une semaine. Il aura fallu un travail préalable et déjà quelques arbres plantés, toujours avec nos partenaires locaux.
A Taghit, près de Bechar dans la Saoura (sud-ouest algérien), Bionoor a replanté 100 arbres. Ces 100 arbres correspondent aux 10% qui n’ont pas « pris » après la campagne de plantation de 1000 arbres de l’an dernier.
A Beni Abbès, toujours dans la région de Bechar, 700 autres arbres ont trouvé leur place dans de nouvelles écoles.
Enfin, près de 200 arbres ont été donnés à des agriculteurs en difficulté face à un Sahara qui ne cesse d’avancer. Leurs exploitations sont comme des oasis agricoles, à préserver au maximum. Nous avons estimé que leur vocation, comme la nôtre, consiste à reverdir le désert pour mieux lutter contre son avancée.

Le sourire des enfants

Et de tout ce travail, possible grâce à vous, ce que nous retenons, c’est le sourire des enfants… »Avec bientôt 10 ans de métier, je continue de trouver l’enthousiasme des enfants extraordinaire. Ça procure un an de carburant supplémentaire. Et c’est ce qui nous conforte dans l’idée que c’est là la meilleure solution pour compenser son carbone », raconte Hadj Khelil.
Une anecdote ? ce petit garçon qui en le voyant avec l’équipe arriver dans son école s’adresse à eux d’un ton très assuré : « Pour les arbres, ne vous inquiétez pas. On s’en occupe ». Un tel sens de la responsabilité ne peut qu’interpeller.
Comme chaque année, chaque arbre a été attribué à un groupe d’enfants qui sont systématiquement sensibilisés à ses besoins et aux problématiques environnementales. En tout après cette campagne, ce sont 5000 personnes sensibilisées de plus…et combien demain !

Notre pari : l’enfant et son éducation

En choisissant de s’orienter dans la compensation carbone en 2005, Bionoor a fait le pari d’un monde moins riche en CO2…et plus riche en arbres. Mais aussi plus riche en éducation !
Car là est la différence…ne pas planter pour planter.
Dans les régions désertiques, telles que la Saoura où Bionoor était il y a quelques jours(*), la beauté des paysages dunaires n’enlève rien à une vérité : les arbres sont une chance. Plus qu’un symbole de vie, nous en faisons le coeur de programmes dont nous espérons qu’ils feront des générations conscientes de l’importance de la vie en harmonie avec son environnement.
Ce petit garçon rencontré dans une cour d’école est déjà en quelque sorte, sans le savoir, éco-responsable.

 

(*)et reste encore de par le suivi qui est opéré avec nos partenaires locaux.

 

Bionoor plante 800 arbres dans les écoles du sud de l’Algérie

Agir pour le développement durable.

 

La protection de l’environnement est l’affaire de tous. Cette expression est connue par tous, mais qui d’entre nous s’y sent vraiment impliqué? Dans notre pays, ce sujet est toujours d’actualité mais qu’est ce qui se fait sur le terrain ? Ce problème a attiré de nouveau notre attention lorsque, il y a vingt jours, on reçoit un e-mail du fondateur de Bionoor, société d’importation de produits bio d’Algérie, implantée en France, Hadj Khelil, informant que son entreprise va mener une opération très importante en Algérie. Il a insisté sur le mot « importante », car à ses yeux, l’initiative mérite d’être prise au sérieux et d’être développée encore plus pour atteindre ses objectifs.

 

Il s’agit de la plantation de plusieurs centaines d’arbres dans des écoles du Sahara algérien, plus précisément à Taghit dans la wilaya de Béchar. « Ce n’est que le début d’une longue opération que nous comptons mener dans d’autres wilayas du Sud», écrit M.Khelil qui n’a pas caché son enthousiasme de faire aboutir cette opération. «Nous voulons vraiment que ça réussisse», ajoute t-il. En fait, le souci fondamental était de rencontrer des obstacles en arrivant ici en Algérie, car connaissant bien le problème de la bureaucratie qui existe dans notre pays. Un jour après avoir mené l’opération, M.Khelil vient à notre rédaction, malgré la fatigue et les déplacements marathoniennes qu’il a fait, raconter son expérience. Une expérience qu’il n’a jamais regrettée parce qu’elle a été du début jusqu’à la fin très réussite, à en croire ses déclarations. « Les enfants étaient très intéressés, les directeurs des établissements scolaires l’étaient également et même les habitants étaient très contents. La volonté des gens d’être impliqués dans la protection de leur environnement existe fort heureusement. Donc nous avons atteint notre but», raconte t-il.

 

Près de 800 arbres fruitiers ont été donc plantés gratuitement dans des écoles à Béchar. L’objectif principal est de renouveler ce genre d’opération dans une dizaine de wilayas avec un projet de plantation de 20.000 arbres par an. L’opération, insiste M.Khelil, est financée exclusivement par des entreprises européennes.
Elle a duré une vingtaine de jours, entre les préparations et les contactes avec les inspecteurs d’éducation avec l’aide de l’association « Djnane Sidi L’habri » implantée à Taghit et dont le but principal est le développement du tourisme et de l’environnement. Ce projet a couté 2 millions de dinars.
«En effet ce que nous faisions déjà au Sénégal, au Congo et au Niger a débuté en Algérie», ajoute M.Khelil.

 

Par ailleurs l’événement a été relayé par l’enregistrement d’une chronique de 15 min (depuis Taghit) sur la radio française BFM. L’émission a été réalisée par téléphone dans les conditions du direct et aura pour but de promouvoir la sensibilisation à l’environnement en Algérie. Elle sera diffusée samedi 20 février à 19h 45mn et sera rediffusée dimanche 21 février à 9h 45mn.
L’objectif est aussi de trouver des établissements scolaires intéressés par cette démarche.
«L’idée est de dire que planter des arbres ne sert à rien en soi. Le plus important est d’éduquer les gens et de les sensibiliser aux problématiques de l’environnement», a-t-il déclaré en insistant sur le fait que leur travail est d’identifier des entreprises en Europe qui veulent compenser leurs émissions de CO2 de manière intelligente et efficace. «Nous plantons donc des arbres mais dans des écoles. Chaque arbre est parrainé par des enfants qui sont ainsi éduqués à la préservation de l’environnement. Nous opérons ainsi une reforestation et une compensation efficace sur le long terme», précisera t-il.
Pour un africain, selon certains analystes, le concept de compensation carbone est très obscur. Protocole de Kyoto, élimination de dioxyde de carbone, sont des concepts qu’il leur a été extrêmement difficile à expliquer. De plus de nombreuses études paraissent régulièrement pour révéler que de nombreuses manières de compenser sont tout à fait inefficaces (éolienne par exemple).
Alors pour eux, compenser c’est planter des arbres.
Ce qui est important, aux yeux de M.Khelil et son équipe qui a participé à la réussite de cette opération, c’est la dimension pédagogique du projet, de sensibiliser les gens et surtout les enfants sur la problématique de l’environnement et la bataille contre les émissions de CO2.
«Quelque soit l’effort que nous consentirons, les compétences que nous aurons, les chances dont nous disposerons nous ne gagnerons pas la bataille tous seuls. Pour nous le Développement durable est avant tout celui des Femmes et des Hommes, qui ont tous été des enfants», estime M.Khelil.

 

Il ajoute que même s’ils arrivent à planter un milliard d’arbre le problème ne sera pas réglé. Le véritable enjeu est dans l’éducation et la sensibilisation des enfants dans les zones les plus exposées aux catastrophes dues aux changements climatiques. «Si nous parvenions à faire de toutes et tous ces enfants (qui ne demandent que ça) des éléments actifs dans la guerre contre la déforestation, Il serait possible de changer les choses relativement rapidement», lancera t-il en concluant :
«C’est pourquoi chaque arbre est planté dans une école et dans le cadre d’un programme de reforestation pédagogique. Nous espérons que chaque arbre physiquement planté soit donc à l’origine de la plantation de milliers d’autres. Peut être que comme ça, il nous reste une chance de lutter contre le dérèglement climatique».

 

Un article paru dans la presse algérienne, à l’occasion de l’action de plantation d’arbres à Taghit.

 

La Compensation Carbone

Pour un africain le concept de compensation carbone est très obscur. Protocole de Kyoto, ETS, Trading de dioxyde de carbone, sont des concepts qu’il nous a été extrêmement difficile à expliquer.

De plus de nombreuses études paraissent régulièrement pour révéler que de nombreuses manières de compenser sont tout à fait inefficaces (éolienne par exemple).

Alors pour nous compenser c’est planter des arbres. Personnes de sérieux n’a jamais prétendu qu’il pouvait être dangereux de planter un arbre. Sans compter que sur le plan pédagogique c’est sans égal. Oui, nous savons qu’il existe aussi d’autre façons de compenser, qui peuvent être plus efficaces, qu’un arbre rejette finalement peu de carbone.

Mais planter nos arbres, c’est relancer des oasis, reverdir le désert. Planter la graine de la sensibilité écologique auprès des enfants.

Planter un arbre, c’est tout un symbole. Une action pour l’avenir, quelque chose qu’on commence et dont ne ne verra pas la fin. Comme ces pères qui plantent un arbre à la naissance de leur enfant, pour laisser quelque chose de pérenne, nos arbres sont aussi un pari sur l’avenir, et un message que nous transmettons à d’autres générations.

Pour nous aider à planter des arbres, vous pouvez en acheter dans notre boutique en ligne. Un arbre, dix, cent…. le montant sera versé à l’Association des Brigades Vertes, qui oeuvre principalement au Sénégal, mais nous intervenons aussi dans d’autres pays (Algérie, Cameroun, bientôt le Maroc).

Citronnier

Bionoor dans Algérie News

Voici une interview de Hadj Khelil, patron de l’entreprise Bionoor, réalisée par Fatiha Amalou-Aïd pour AlgérieNews :

 

Le patron de Bionoor, une entreprise implantée en France et spécialisée dans l’importation de produits bios d’Algérie, nous confie, dans cet entretien, ses projets d’avenir en Algérie entre autre celui de l’implantation de 10.000 arbres par an.

 

AlgérieNews : Vous êtes dirigeant de Bionoor, société d’importation de produits bio d’Algérie, implantée en France, et vous effectuez ces derniers mois des visites fréquentes en Algérie. Peut-on savoir quel est le but de vos déplacements ?

 

M.Khelil : Pour moi, l’Algérie est un pays stratégique. Je fais parti de ces gens qui pensent que l’avenir du monde est en Afrique et particulièrement dans les pays en développement. En Algérie, c’est important de développer des produits structurels sur le long terme. Sur le cours terme, c’est extrêmement pénible de travailler en Algérie pour des problèmes de bureaucratie. Je vous parle d’abord sur l’entreprise Bionoor. Nous, avons commencé par l’importation d’arbres. Nous sommes en train de développer certaines choses et il y a des variétés de dattes qui nous intéressent en Algérie.

 

Nous avons une société en Algérie et en France. La société algérienne est beaucoup plus dans la production et de l’exportation des produits à haute valeur ajoutée à l’exemple des dattes et de l’huile d’olive. La structure française et dans une logique de diffusion de ces produits, c’est plutôt le marketing et l’optimisation des ventes.

 

Il y a d’autres projets encore plus important pour nous en Algérie. Nous pensons que le troisième millénaire sera consacré à l’écologie, de la même manière qu’au 20ème siècle lorsque les grandes fortunes se sont faites sur les médias et sur la communication en général. Je pense que la prochaine révolution de valeur c’est l’écologie. Chose qui nous a encouragé à se placer sur le marché de la compensation carbone. En fait, des gens qui polluent sur terre viennent nous voir pour leur planter des arbres afin qu’ils puissent compenser leur pollution. Sur la compensation de carbone, nous commencerons dans six mois en Algérie, si les choses se passent bien. Nous sommes déjà installés au Sénégal depuis quatre ans, où nous avons planté des milliers d’arbres par an. Nous avons également un grand projet au Niger et au Maroc. L’écologie pour moi, c’est aussi la production d’énergie propre. En couvrant 20% du Sahara algérien de panneaux solaires, nous pouvons couvrir 50 fois les besoins de l’Europe en énergie.

 

Avez-vous sollicité les pouvoirs publics algériens dans ce sens ?

 

Oui, en 2002. Mais actuellement, c’est tellement lourd que nous préférons avancer tous seuls. Nous espérons planter 10 000 arbres par an sur un horizon de dix ans.

 

Quels sont les secteurs qui peuvent êtres développés en Algérie ?

 

Sur les secteurs économiques, il y a un secteur où il faut mettre un paquet ; c’est celui de l’agriculture parce que l’agriculture aujourd’hui est une mesure de survie. Il y a un deuxième secteur à mon avis où il faut travailler beaucoup, c’est le tourisme. Il faut développer un tourisme qui soit le nôtre, un tourisme de luxe, pas un tourisme de marque.

 

En tant que patron d’une entreprise implantée en France, vos devez fréquemment rencontré des opérateurs français. Est-ce que ces derniers partagent la même vision que vous sur le marché algérien ?

 

Aujourd’hui, personne ne peut nier que l’Algérie est commercialement riche. Les patrons français ont la vision d’un gâteau qu’ils ne peuvent pas croquer.

 

Je vous pose cette question parce que, dernièrement, suite aux nouvelles mesures prises par le gouvernement concernant l’investissement, il a été relevé une certaine inquiétude ou même une réticence des Français par rapport à cette question. Qu’en pensez-vous ?

 

Les algériens vous disent, nous voulons garder notre pays et en même temps ils disent aux étranger venez investir. C’est légitime car ils veulent défendre leur champ politique et garder leur souveraineté. Finalement, si nous réfléchissons bien, l’idée n’est pas si mal donc il faut payer le prix. Pour l’instant je n’ai pas beaucoup d’échos sue cette réticence mais aujourd’hui, il faut savoir une chose ; c’est que dans le contexte d’une crise planétaire, les entrepreneurs du monde entier auront certainement à envisager des marchés qu’ils n’envisageaient pas avant et je trouve que c’est très futé de la part des Algériens d’avoir fait ce qu’ils ont fait.

 

En évoquant la crise financière, quel commentaire faites vous sur ce problème, surtout que vous avez fait des études dans la finance et vous étiez trader à Londres avant d’ouvrir votre société ?

 

Il y a beaucoup de gens qui parlent de cette crise, mais il y a une chose qui n’est pas évoqué et qui m’étonne ; c’est qu’il y a une convergence sur le diagnostic de la crise. Tout le monde est d’accords pour dire que la crise vient du problème des subprimes. Et moi, ce que je trouve absolument effarent, c’est que personne ne demande aux entités et structures financières comme les banques et les assurance qui sont concernés par la contamination de produits toxiques, des comptes soit combien ils ont introduit en actifs toxiques pour pouvoir les identifier et les sortir de l’économie. Au lieu de cela, nous assistons à une multiplication de solutions où des milliers de milliards sont injectés. Des solutions qui se vaporisent et qui maintiennent l’économie en perfusion sans pour autant identifier le mal et le soigner. Les actifs toxiques sont des choses qui sont or bilan. C’est vrai que c’est difficile de les identifier mais c’est loin d’être impossible. Aujourd’hui, tant qu’il n’y a pas des pouvoirs publics qui taperont sur la table en disant : vos actifs toxiques, vous les sortez et vous les identifiez pour les faire sortir de l’économie, je serais extrêmement pessimiste quand à la multiplication des plans de relance qui ne servent qu’à colmater des brèches. Il y a deux hypothèses dans ce cas là : ou alors ils ne peuvent pas le faire parce qu’il y a des manipulations comptables qui ont fait qu’aujourd’hui, il y a une espèce d’obscurité derrière l’identification de ces actifs toxiques ce qui est très grave ou bien ils ont fait l’identification et le chiffre est trop gros donc ils ne veulent pas le révéler pour ne pas créer la panique.

 

L’Algérie se dit à l’abri de cette crise, qu’en pensez-vous ?

 

Le pays qui vous dit qu’il est à l’abri, c’est un peu comme les gens qui vous disent : je ne mourrai pas demain, surtout pour un pays qui est tributaire à 98% des exportations de pétrole qui aujourd’hui est mono exportateur, un pays qui importe tous ce qu’il consomme. Dire que nous sommes à l’abri de la crise mondiale, je pense que c’est très optimiste. Là ou je rejoint l’analyse algérienne, c’est que l’Algérie est l’un des pays les plus à l’abri du monde mais ça ne veut pas dire qu’il est totalement à l’abri. C’est parce que le pays est peu connecté aux marchés financiers internationaux et possède un matelas financier et un système qui lui permettront d’attendre une reprise un peu plus longtemps.

 

Hadj Khelil dans Le Parisien

Voici un article signé par Gwenael Bourdon pour Le Parisien

 

Hadj Khelil poursuit son incroyable parcours. L’ancien trader, qui a créé il y a sept ans une société de commercialisation de dattes, se lance dans la chronique radio.

 

Au micro de la radio BFM, il raconte ses premiers pas d’entrepreneur au Salon international de l’agroalimentaire, vante les mérites d’Internet, plaisante avec les journalistes… Dans sa nouvelle chronique diffusée demain à 19 h 45 et rediffusée dimanche à 13 h 45, Hadj Khelil parlera de la crise économique, et s’étonnera que « tout le monde parle des subprimes, mais que personne ne cherche vraiment à savoir où ça brûle… ». Voilà quatre mois que ce jeune patron se familiarise avec le métier de chroniqueur radio.

 

Quatorze minutes, une fois par mois. « Ça me demande six ou huit heures de préparation à chaque fois ! Dire qu’au début, je pensais pouvoir tenir deux heures ! » s’exclame le trentenaire. Il faut dire qu’il a la tchatche, Hadj Khelil. Capable de parler durant des heures de son entreprise, Bionoor, fondée en 2002 à Aulnay-sous-Bois. Le jeune homme venait alors de lâcher son costume de trader et sa salle de marchés londonienne. « J’avais envie de travailler pour moi », explique-t-il.

 

Une belle réussite, puisque cette société spécialisée dans la commercialisation de dattes et autres produits « équitables et éthiques » algériens affiche un taux de croissance de 10 à 15 % par an. « Mais on continue à inventer tous les jours, surtout dans cette période de crise où l’on voit des géants s’effondrer », confie-t-il. La petite entreprise est peut-être un peu plus à l’abri que d’autres.

 

Lorsqu’il a fondé Bionoor avec deux copains d’enfance, Hadj Khelil avait misé sur l’autofinancement. Pas d’emprunt bancaire, pas de dettes : une bénédiction en ces temps troublés. « On n’avait pas eu le nez creux, c’est juste que les banquiers ne voulaient pas nous aider », précise-t-il.

 

La société compte aujourd’hui une quarantaine d’employés dont la majorité travaille sur les plantations d’Ouargla dans le Sud algérien. Mais elle veut aujourd’hui explorer une voie nouvelle : celle de la compensation carbone.

 

Ce procédé consiste pour une entreprise à compenser les émissions de carbone liées à son activité par la plantation d’arbres. Un principe que Bionoor s’est déjà appliqué à elle-même, en nouant un partenariat avec l’association des Brigades vertes :

 

« Sur chaque kilo de dattes vendu, on prélève une somme qui finance la plantation d’arbres au Sénégal. La subvention atteint entre 5 000 et 10 000 € par an », explique Hadj Khelil.

600 à 700 arbres ont déjà été plantés dans la région du Sahel. Le chef d’entreprise veut maintenant devenir prestataire auprès d’autres sociétés. Il affirme avoir déjà quatre ou cinq clients potentiels. L’objectif : « Planter 10 000 arbres en 2014. »