Comment respecter la norme Agriculture Biologique ?

Agriculture Bio is Biotiful

Pour avoir une idée de la taille de marché de l’agriculture bio, quelques chiffres donnent une idée des enjeux. Il faut savoir que ce marché représente environ 4.5 % de la surface agricole utile. Par voie de conséquence, 95 % de la surface agricole utile est convertible au Bio. On constate donc que la marge de progression est tout simplement énorme. En termes d’exploitations, elles sont environ 25 000 à être identifiées comme étant Bio. Des perspectives existent bel et bien, encore faut-il savoir ce qu’est, d’un point de vue juridique, qu’un produit bio.

Hadj Khelil, expert en économie verte et directeur de Bionoor, nous définit le concept du Bio.

Une norme bien protégée

La norme Bio est aujourd’hui encadrée, protégée, régulée par un règlement européen (le 834/2007 pour les puristes). Cet article de loi donne 3 familles de conditions à respecter pour que l’on puisse considérer une agriculture comme étant biologique. En cas d’utilisation frauduleuse de ce sigle, le fraudeur s’expose à des sanctions juridiques. Un organisme est chargé de faire respecter ce principe pour tenter d’assainir le marché.

Le triptyque théorique de l’agriculture biologique

La composante chimique : Si l’on prend l’exemple de la production de viande Bio, la composante chimique sera l’exigence que l’animal a été nourri sainement. Pour les fruits et légumes, cela suppose l’interdiction absolue d’ajout de certains produits.

La traçabilité : La traçabilité, comme son nom l’indique, touche au suivi de la bête, dans les divers lieux de transformation et d’échange.

Le protocole juridico-philosophique : Le produit Bio doit répondre à une philosophie globale de respect de l’environnement (pour l’élevage de bêtes, ce sera le traitement de l’animal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *