Il était un TEDx…

Des idées qui valent le coup d’être répandues pour changer le monde…parce que le rêve existe encore aujourd’hui !

TED - Ideas worth Spreading

C’est quoi TED ?

TED signifie Technology Entertainment Design, soit en français : Technologie Divertissement Design. Tout un programme, mais surtout le nom d’une conférence organisée par l’ONG The Sapling Foundation (La Fondation du Jeune arbre…ça nous parle chez Bionoor !), qui consacre son action à « la puissance des idées pour changer le monde ».
Au final, les évènements TED sont des conférences dont le concept est né en 1984 à Monterrey, près de San Franciso aux Etats-Unis. Les sujets sont très divers, ainsi que les intervenants eux-mêmes. Qui ne rêverait d’avoir une conversation avec Bill Gates au sujet des abeilles ?

En marge de la conférence mère TED, il existe le programme TEDx, qui permet à d’autres organisations, grâce à des licence, dupliquer l’expérience TED en dehors de son cadre originel grâce à des licences. Là encore, la mission est de propager au maximum les meilleures idées, tout en gardant la crédibilité du cadre.

Photo TEDx Alger

Un évènement exceptionnel à Alger
le 9 avril 2011

Hadj Khelil, de Bionoor, a pu récemment s’essayer à l’exercice, qu’il a réussi avec brio. Et pour cause, le thème était celui de « L’Esprit d’entreprendre ».
Le TEDx Alger a eu lieu le 9 avril dernier, à l’initiative d’un groupe d’étudiants de l’Ecole nationale algérienne Supérieure d’Informatique – le Club ETIC. Moyenne d’âge des
organisateurs : 20 ans !

Cet évènement, le deuxième seulement de l’histoire des TEDx à avoir été organisé par un groupe d’étudiants, a été une véritable vitrine de ce que l’Algérie compte de personnalités d’influence dans leurs sphères respectives. Parmi ces personnes, on a pu compter Fadhila Brahimi, papesse francophone du personal branding, Hind Benmiloud, première avocate algérienne spécialiste de la cybercriminalité, ou encore Rabah Ghezali, fondateur du TN2020 la Peace Academy.

Qu’en ressort-il au bout du compte ?

On a pu assister le 9 avril à une véritable séance de motivation collective. Dire que les Algériens ont besoin qu’on leur dise que des personnalités algériennes capables de changer le monde existent ne serait pas dénué de sens. Car après l’indépendance et la dernière qualification en coupe du monde de football, les causes d’autosatisfaction collective ne sont pas légion au pays d’Abdelkader.
Bref, comme le dit si bien un blogeur, « Beaucoup de participants sont ressortis inspirés, avec plein d’idées nouvelles (controversées ou pas) ».
Hadj Khelil dira lui-même qu' »il s’est passé quelque chose ». Espérons seulement que les effets restent…et qu’on assiste pas, la Méditerranée en miroir, à un autre syndrôme France 1998.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *