Réussir la cuisson de sa viande

La viande Halal Bio, comme toutes les autres viandes, se savoure à la qualité de ses morceaux certes (jusque-là, rien d’extraordinaire), mais aussi à la qualité de sa cuisson. Et malgré tout ce que l’on peut dire, la science de la cuisson n’est pas une chose aisée, en ce sens qu’elle demande une certaine maîtrise de la pratique, et également l’oubli de certaines mauvaises habitudes vieilles comme votre belle-mère (rire grinçant). Trêve de plaisanteries, passons aux choses sérieuses.

viande bio halal

Conseils pour la pré-cuisson de votre viande

Les petites astuces que nous allons vous donner dans cet article concernent une cuisson à la poêle (peut éventuellement fonctionner sur un grill), aussi bien pour un morceau de steak qu’une pièce d’entrecôte. Dans un premier temps, il faut sortir la viande du frigo environ 20 minutes (minimum) avant la cuisson, ceci afin d’éviter un trop grand choc thermique. Cela laissera également le temps au gras qui se trouve au milieu de la viande de fondre : elle n’en sera que plus tendre.

viande hallal bioEnsuite, il vous faudra allumer la poêle, sans lui mettre, dans un 1er temps, de matière grasse (sinon la matière grasse aura brûlé le temps que la poêle soit à la bonne température). Dès que la poêle a bien chauffé, vous pouvez alors la badigeonner à l’aide d’un sopalin contenant de la matière grasse (ou de l’huile). Il est alors temps d’assaisonner votre pièce, selon votre convenance, en tenant compte d’un paramètre important : le rôle capital du sel. En effet, le sel va avoir un double effet : un effet esthétique et un effet gustatif.

D’un point de vue esthétique, le sel va donner lors de la cuisson une apparence brunâtre très gourmande. Il permet aussi de nourrir à cœur votre morceau.

 halal bio

Conseils durant la cuisson

Durant la cuisson, oubliez toutes les vieilles astuces qu’on vous a enseignées, certaines ne sont pas adaptées (évitez par exemple de couvrir la poêle). Par exemple, il ne faut pas changer de côté de cuisson tout de suite. Il faut attendre que la croûte se forme d’elle-même et qu’elle crée une séparation naturelle entre la viande et la poêle. Cela veut dire que la réaction de Maillard ne s’est pas encore réalisée.

Mais qu’est-ce que la réaction de Maillard direz-vous ? C’est une réaction thermique qui provoque une sorte de caramélisation sur la viande: une croûte se crée qui contient les sucs. C’est pourquoi il est recommandé de ne pas percer votre viande avec une fourchette ou autre objet piquant.

halal bio paris

Une fois que c’est bon, vous pouvez alors changer le côté de la cuisson. Vous faites la même chose sur cette face (réaction de Maillard et respect des consignes). Maintenant que cette étape est réalisée, c’est à vous de choisir votre degré de cuisson (saignant, à point, etc…). Il est conseillé de réduire le feu pour avoir la cuisson voulue.

Une fois cuite à votre convenance, il faut laisser la viande au repos, couverte d’alu et d’une serviette, car les sucs risquent de s’échapper si vous coupez la viande de suite (les fibres ne peuvent pas encore retenir les sucs), et votre viande sera toute sèche. Encore un peu de patience, car les sucs vont se diffuser dans tout le morceau, et donneront une vraie valeur ajoutée.

5 MINUTES ET C’EST BON, vous pouvez attaquer !

 

Une cantine 100 % Bio à l’école, 5 raisons d’y adhérer (2/6)

Reprenons notre série sur la cantine 100 % bio à l’école, après le coup de maître réalisé par la mairie de Mouans-Sartoux (Alpes Martimes), qui, rappelons-le, a décidé de proposer des repas 100% bio dans ses écoles.

Plus qu’un simple effet d’annonce, cette décision est une marque d’implication remarquable et un travail d’équipe de plusieurs années, où ont été mêlés lutte contre le gaspillage, investissement durable, solidarité, générosité et indépendance.A plus grande échelle, cette victoire doit en appeler d’autres, et marquer un tournant dans notre engagement pour une nourriture plus saine.

dattes bio paris

Il est donc important pour nous, parents, de nous sensibiliser et de sensibiliser nos petites têtes blondes à une alimentation plus verte, plus naturelle, plus équilibrée. Bionoor, le spécialiste de la datte bio, vous expose quelques raisons de suivre les traces de la mairie de Mouans-Sartoux. 

Raison n°1 : L’école, est le lieu de tous les apprentissages

Comme disait Henri Rolland de Villarceaux « L’école, c’est le creuset où s’élabore l’avenir d’une génération ». L’école (mise à part l’école buissonnière) est le lieu de tous les apprentissages, que ce soit au niveau académique ou au niveau civique, pour permettre à tous d’acquérir du savoir (culture) certes, mais aussi du savoir-faire (compétences), du savoir-être et du savoir-vivre (esprit responsable & citoyen). C’est évidemment ce dernier point qui nous intéressera particulièrement dans notre approche.

datte bio

Il est évident que tous les foyers n’auront pas les moyens d’accéder à une alimentation Bio à la maison. L’école, de par son rôle éducationnel, peut palier, dans une certaine mesure, à ce manque à travers l’instauration d’une cantine 100 % bio. Si l’engagement pris par Mouhans-Sartoux de ne pas augmenter les prix est réitéré par les autres mairies, alors l’accès à une alimentation Bio à la cantine pourra se généraliser. Dans la continuité de cette action, les instituteurs pourront développer une série de cours, à la fois théorique (enseignements sur les bienfaits du Bio et ses effets sur la santé, explication du danger des pesticides et des OGM sur l’homme et la planète) et pratique (visite d’une ferme bio, plantation dans des jardins bio, rencontre avec des agriculteurs, etc…), allant de le sens de cette opération. Avec une telle prise en main, ne pensez-vous pas que les résultats seront au rendez-vous ? Sans doute que si.

datte bio paris

Autre avantage de l’école, et non des moindres, sa fonction de « socialisation » : dans un cadre où l’élève apprend, échange, vit, débat et se construit avec les autres, avec ses pairs qui plus est, l’efficacité de ce processus n’est plus à prouver[1]. Cet espace d’échange est une aubaine aux capacités encore sous-exploitées, même si les choses évoluent dans le bon sens.

In fine, l’utilisation de l’école dans le processus de sensibilisation des enfants pour une alimentation plus saine, contribue à la démocratisation d’une part du concept, mais aussi en faveur d’une plus grande efficacité d’action. En clair, nous jouerons sur la quantité et la qualité. Et la boucle est bouclée.

[1] Lire à ce sujet l’expérience du psychologue américain K. Lewin sur les ménagères américaines, expérience démontrant la plus grande efficacité de persuasion lors de discussion et d’échange entre pairs, par rapport à la recommandation venant d’une autorité par exemple.

Une cantine 100 % Bio à l’école, 5 raisons d’y adhérer (1/6)

Suite à la décision de la mairie de Mouans-Sartoux (Alpes Martimes) de proposer des repas 100 % bio dans les cantines de ses écoles, Bionoor vous donne aujourd’hui 5 bonnes raisons de suivre la décision ô combien courageuse et symbolique de cette petite commune. Petite « coïncidence » : il y a quelques semaines, le Sénat refusait la proposition de loi imposant aux mairies 20 % de produits bio dans les cantines.

Preuve que les choses avancent doucement, mais sûrement. Peut-être même qu’ils intégreront, qui sait, des délicieuses dattes bio de chez Bionoor !

Allez, on leur fait coucou et après on vous explique tout en 6 articles super cool. 

dattes bio algérie

Coucou Mouans-Sartoux !

Ils ont franchi le pas ! Et de quelle manière ! Lisez leur stratégie, c’est juste succulent. Au départ, la mairie possédait un terrain. Jusque-là, tout va bien. Mais qu’en a-t-elle fait nous direz-vous ? Des magasins ? Un centre commercial ? Non, rien de tout cela. Ecoutez bien, elle a mis en place la 1ère régie agricole de France, avec un double objectif : nourrir sainement les enfants et les sensibiliser à la lutte contre le gaspillage. Pour cela, la ville n’a pas hésité à mettre la main à la poche pour embaucher un agriculteur. Mieux encore, elle a trouvé le moyen génial de garder le même tarif pour la cantine, malgré le surcoût lié à cette cantine d’un autre genre. Comment ? En 5 ans, la mairie a réussi à baisser de 80 % le poids des déchets alimentaires, ce qui représente une économie de 20 centimes par repas.

deglet nour bio

C’est donc cette économie qui a pu financer le surcoût du Bio, et proposer aux enfants des plats bio sans ruiner les parents.  Tout est parti d’un constat : les enfants jetaient trop de restes. Du coup, s’est dit la mairie, pourquoi ne pas adapter la quantité de nourritures en fonction des besoins réels des enfants. Pour mener à bien cette opération, la mairie a réalisé une petite enquête très simple à chaque repas : peser les restes des repas des enfants  pour connaître les quantités moyennes qui sont jetées à la fin de chaque service. Le résultat était juste effarant. Il fallait donc agir.

dattes bio paris

La décision à prendre ensuite était simple : adapter les repas aux besoins réels des enfants : cela peut passer par exemple par la découpe des fruits pour le dessert, au lieu de proposer des fruits entiers, ajuster la quantité de nourriture selon la volonté des enfants et non pas de manière standardisée, etc… Bref, de la flexibilité. Et comme les écoles de la ville disposaient de leur propre service de préparation des repas, la tâche était plus aisée, car faite en interne (pas de livraison de repas par la cuisine centrale).

Et l’idée a fait son chemin, pour finalement réussir. Tout ne s’est pas fait du jour au lendemain, loin s’en faut. Mais le résultat est là : des repas 100 % bio sans hausses de tarifs, moins de gaspillages, une régie agricole autonome, des déchets moins nombreux et en plus recyclés,… bref du bionheur.

Et pour aider ses confrères d’autres villes, l’école n’hésite pas à renseigner les élus intéressés, et les orienter vers l’association « Un Plus Bio », impliquée dans le processus. Merci biocoup !

Du miel, des abeilles et des maths (3/3) : la danse des abeilles

Pas folle la guêpe ! Et oui, les abeilles n’ont pas fini de nous surprendre. Aujourd’hui, autre particularité, autre surprise. Saviez-vous que les abeilles, qui nous donnent une frousse pas possible dès qu’elles approchent de nous, ont une « danse » propre à elles ? En effet, si elles « se dandinent », c’est en réalité pour communiquer entre elles. Une pratique, qui a, une fois de plus, intrigué les scientifiques sur ce phénomène des plus singuliers. Voici le dernier article de cette série exceptionnelle. En Bonus, Bionoor, votre marque de dattes Bio, vous propose une vidéo  extraordinaire sur les abeilles de Nelson Peter en grandeur nature. Bonne(s) lecture(s).

La danse des abeilles…

Comme on l’a vu précédemment, les abeilles cachent une science très mystérieuse. En effet, elles ont des capacités difficilement appréhendables par l’être humain. Parmi ses mystères, la communication et sa danse. La communication des abeilles a plusieurs utilités, comme la reconnaissance, le repérage ou encore l’alerte. Elles s’informent de cette manière des différents points de nourriture par exemple, et cela, en fonction de leurs rôles respectifs dans la ruche (exploratrice, butineuse). Cette communication se fait à partir des antennes, et grâce à des procédés chimiques (si si, les phéromones), et bien sûr à travers leur danse. Cette technique d’échange s’appuie sur un langage à la fois physique, chimique et intellectuel.

dattes bio

La danse des abeilles a fait l’objet de sérieuses recherches à la fin du siècle dernier. Karl Von Frisch, ainsi que deux autres scientifiques ont ainsi été récompensés de ces travaux par le prix Nobel 1973. En 1986, son élève Martin Lindauer confirme sa théorie grâce à la mise en place d’un robot miniature conçu pour se dandiner comme les abeilles.

… ou LES danses des abeilles ?

En réalité, il y a plusieurs types de danses chez les abeilles, en fonction de leur besoin. Voici les deux plus importants :

  • La danse en rond (ou circulaire) :

datte bio

Après avoir trouvé une source de nectar, l’abeille exploratrice revient à la ruche et fait une ronde (danse circulaire) devant ses amies, afin de les informer de la proximité du nectar (d’une distance inférieure à 50 mètres environ). Pour ce faire, l’abeille fait une rotation sur elle-même, de manière très rapide, puis change de sens en faisant un demi-tour.

Ses congénères l’observent et utilisent leurs antennes pour comprendre ce qui se passe. Elles vont flairer le parfum de provenance du nectar (fleur par exemple) chez l’exploratrice, et s’envolent ensuite en direction du lieu de nectar. Elles sont « téléguidées » par le parfum des fleurs à butiner.

  • La danse en 8 :

Plus hallucinant encore, la danse en 8.

dattes bio paris

La danse en 8 se compose d’un parcours suivant la forme d’un 8 : l’abeille exploreuse réalise un trajet droit, en bougeant son corps de droite à gauche (frétillement) et en battant des ailes. Elle fait alors un demi-cercle pour revenir à sa position initiale. Elle réitère son premier trajet en ligne droite en se trémoussant, puis elle fait un demi-cercle de l’autre côté, pour rejoindre sa position du début. Ainsi, ces mouvements ont en réalité une signification que vont interpréter les autres abeilles.

Le premier trajet (en ligne droite), va informer sur la direction à prendre par rapport au soleil pour  rejoindre la source de nectar. Deuxième info, la nature du mouvement. La largeur des courbes du 8  et la vitesse de frétillement vont renseigner sur la distance séparant la ruche du futur lieu de butinage. Tout simplement ahurissant.

Par ailleurs, les abeilles butineuses vont également prendre des informations sur la fleur à butiner, en suivant et flairant l’odeur de l’exploreuse, impregnée du parfum de la fleur.

Elles peuvent alors s’envoler pour mener à bien leur mission.

Bonus :

Crédit Photo : Musee-du-miel.com

Du miel, des abeilles et des maths (2/3)

Deuxième opus de notre article consacré à la production de miel par nos amies les abeilles, en mettant l’accent aujourd’hui sur un composant de la ruche absolument hallucinant qu’est l’alvéole. Si leur forme paraît banale au premier abord, il s’avère en réalité que ce composant est d’une complexité tout simplement fabuleuse. Laissez Bionnor, le spécialiste des dattes Bio, vous conter, dans les quelques lignes qui suivent, l’extraordinaire architecture des alvéoles.

La conception d’alvéoles

A la base, les abeilles construisent les alvéoles pour stocker le miel, le pollen et leurs « petits ». Elaborées sous forme de prismes, elles composent le gâteau de cire.

Le gâteau de cire est réalisé de 2 couches d’alvéoles, collées par leur base, qui est constituée de 3 faces. La partie supérieure d’une alvéole est un hexagone. En revanche, le fond de ces alvéoles n’a pas la forme d’un hexagone comme son haut, mais il est un assemblage surprenant de trois losanges (rhombe).

dattes bio algérie

Les abeilles entament d’ailleurs l’édification de l’alvéole par le fond, puis et remontent progressivement vers le haut en confectionnant les côtés des cylindres hexagonaux. Savantes et travailleuses, les abeilles détiennent un secret assez mystérieux, pour ne pas dire énigmatique.

Ce qui a le plus étonné les scientifiques, d’Aristote (4ème sièce avant JC) à Karihaloo (2013), c’est cette forme si étrange, si particulière, si précise des alvéoles (les parois inférieures mesurent, tenez-vous bien moins de 300 micromètres, soit 0.3 millimètres), par l’intervention de petites bêtes au talent insoupçonné.

La forme qui intrigue

La question est grande en effet : pourquoi une forme hexagonale ? Plusieurs grands scientifiques, et non des moindres, se sont penchés sur la question. Si certains ont avancé l’hypothèse de la pression des abeilles sur les parois (Bartholin), Darwin optait pour une modification « naturelle » d’une conception initialement circulaire, à cause de la chaleur : l’élasticité de la matière permettrait de changer la forme initiale, sur la base du phénomène de quadrature de cercle.

dattes qualité

D’autres, ont attribué cette forme au souci « d’économie » des abeilles. En effet, parmi les formes géométriques régulières permettant un pavage (carré triangle équilatérale et hexagone), l’hexagone serait le polygone régulier ayant le plus petit périmètre pour une même surface.

Quoi qu’il en soit, l’énigme des abeilles demeure.

To be continued…

S’il ne fallait en retenir qu’un… (2/2)

Suite de notre article aujourd’hui sur les scandales sanitaires. Nous avons vu à quel point des industriels peu scrupuleux pouvaient mettre à mal tout un secteur de l’économie. Mais, fort heureusement, des solutions existent. Comme souvent, la rigueur, l’éthique et la transparence vis-à-vis des consommateurs permet de sortir de ces mauvaises passes. Bionoor-Tendre France vous explique en quelques points très simples comment une double certification peut rassurer les consommateurs et leur redonner confiance dans la viande bovine.

bio halal

La traçabilité ECOCERT (AB, dimension Bio)

Comme nous l’avons vu dans un précédent article, le label Bio (AB) requiert un certain nombre de pratiques inhérentes au traitement de la bête lorsqu’elle est encore vivante (alimentation, soins, cadre de vie, sevrage). Celle-ci possède un passeport « bovin » dans lequel figure les éléments suivants :

boeuf halal bio – Nom et adresse de l’éleveur
– Nom et adresse de l’organisme de    contrôle / code de l’organisme  certificateur
– Type, sexe
– Age et date de naissance
– Numéro d’identification
– Destinataire
– Lieu d’abattage
– Référence à la nature bio de l’animal  
(alimentation, santé, ascendants, etc)

Ecocert exige également des documents comme le bon de livraison (garantie biologique) ainsi que le certificat de la bête, pour offrir au consommateur un bovin sain et de qualité. Bionoor Tendre France ajoute un autre point intéressant : le caractère racé de ses bovins. Notre société ne vous propose que des viandes bovines françaises (naissance, vie, abattage). En clair, nos morceaux sont (t)racés !

La traçabilité AVS (dimension halal)

Pour garantir un niveau de traçabilité élevé, AVS met en place un certain nombre de process, et ce, de l’abattage à la vente. Au préalable, l’animal est tenu d’avoir un document d’identification (où figure notamment son numéro d’identification). Une fois qu’il est abattu, un numéro d’abattage est inscrit sur la carcasse.

Notre partenaire intervient, pour les viandes Bio Halal de Tendre France, au moment de la saignée, pour vérifier l’application des règles religieuses en matière d’immolation (la bête doit être encore vivante avant l’abattage, respect des rites de sacrifice, etc…). Le suivi se poursuit jusqu’à sa vente en boucherie (pour les pièces de boucher) ou lors du conditionnement (emballage) pour les produits vendus en magasin (steacks hachés par exemple).viande bio halal

En abattoir, selon la configuration de celui-ci, il y a au moins 2 contrôleurs (souvent plus) pour surveiller les opérations (AVS en exige un à chaque étape : abattage/découpe/transformation). Une viande n’est jamais laissée sans contrôle sauf si elle est entièrement scellée.

Ensuite, selon le circuit de distribution, les morceaux (ou la pièce entière) sont tracés grâce à leur numéro d’identification. AVS utilise un outil PDA pour faciliter le suivi des produits contrôlés.

Le traçage permet à AVS de s’assurer que les établissements qui sont sous son contrôle se fournissent bien avec des viandes halal, contrôlées par leurs soins en amont. Ils sont seuls détenteurs du code sur chaque pastille et donc ces pastilles sont infalsifiables.

Du miel, des abeilles et des maths (1/3)

S’intéresser au travail des abeilles, pour une marque de Bio comme Bionoor, c’est rappeler un travail d’orfèvre réalisé chaque jour dans le monde, par des petites bêtes très courageuses, complémentaires, et tellement utiles à l’humanité. Dans un article exceptionnel, Bionoor décrit le parcours incroyable de cet or ocre, de la fleur à votre palais, en présentant l’improbable travail scientifique que font les abeilles pour construire l’alvéole, leur coffre-fort tant convoité.  

dattes bio

La conception du miel

Pour bien comprendre comment le miel est fabriqué, il faut d’abord distinguer deux grands types d’abeilles :
– les abeilles butineuses (elles prennent le nectar des fleurs)
– les abeilles ouvrières (elles récupèrent le nectar des butineuses et le place dans la ruche)

1ère étape : le butinage et la transmission :

Dans un premier temps, les abeilles butineuses vont butiner les fleurs riches en nectar (appelées fleurs mellifères) et le stockent dans leur jabot (une petite poche). Une fois ce travail terminé, elles rejoignent leurs sœurs ouvrières pour leur transmettre le butin. Les abeilles ouvrières entrent alors en action, et déposent dans les alvéoles le nectar. Et là, la science des abeilles commence.

dattes bio deglet

2nde  étape : le dépôt et la transformation

Les ouvrières déposent alors le nectar dans les alvéoles (photo), ces petits hexagones pilés les uns sur les autres pour former le gâteau de cire.

Et ce n’est pas tout : elles réalisent des mélanges entre enzymes et nectar, permettant à ce dernier de se transformer en glucose & fructose, et d’avoir également de l’acide avec. Ce dernier, l’acide, est un excellent protecteur contre les bactéries. Le « mélange » obtenu n’est pas tout à fait du miel, puisqu’une autre tâche, toute aussi impressionnante, est encore nécessaire pour finaliser la fabrication.

3ème étape : l’évacuation de l’eau

A l’aide de leurs ailes, les abeilles ouvrières, décidément très actives, créent un courant d’air. Associé à la chaleur ambiante de la ruche, cet air va permettre d’enlever l’eau et de rendre le miel mature. En effet, un miel mature ne doit pas avoir plus de 18 % d’eau, pourcentage au-dessus duquel les microbes peuvent encore se développer.

dattes-bio

PS : notre bonus !

En bonus de ce premier opus sur les abeilles et le miel, quelques petits conseils pour bien choisir son produit.

  • Préférez toujours l’achat de miel directement chez un apiculteur, afin d’éviter les risques de transformation, traitement ou modification du produit.
  • Optez pour les miels extraits à froid (car à chaud, il perd de ses vertus)
  • Choisissez du miel cristallisé car c’est en général un signe de qualité
  • Si possible, optez pour des miels bio (ruches loin de la pollution, cire biologique, récolte à froid, etc…)

La datte Bio expliquée par Bionoor

Une datte bio, avant d’être proposée aux gourmands, doit suivre un certain protocole, pour rester dans la norme Bio. Car contrairement à des croyances populaires, toutes les dattes ne sont pas bio, bien au contraire. Bionoor, le spécialiste de la datte bio, vous emmène aujourd’hui au cœur de la Deglet Nour pour vous expliquer ses spécificités. Embarquement immédiat.

dattes bio

La réalité des dattes non bio

Bien souvent, les Deglet Nour sont traitées chimiquement à base d’insecticides, d’herbicides (pour les mauvaises herbes), et avec d’autres produits dits « préventifs », pour éviter toute prolifération d’insectes à l’intérieur de nos reines des sables. 

Pour les protéger des parasites et autres petites bêtes (petites chenilles par exemple), les palmiers sont traités par fumigation avec du Bromure de Méthyle, un gaz toxique nocif pour l’homme (irritations, troubles pulmonaires, etc…) comme pour la planète (gaz à effet de serre et destructeur de la couche d’ozone). Il arrive même, lorsque les criquets envahissent les palmeraies, d’asperger les dattiers par avion, afin de mettre fin aux nuisances de ces insectes. Pour la petite histoire, le Bromure de Méthyle a été interdit par le protocole de Montréal en 1987, mais certains pays ont refusé de signer la charte. En effet, il est un des produits les moins coûteux pour traiter les plantes et les protéger des insectes.

Parfois, le « traitement » va plus loin : les avancées scientifiques ont permis aujourd’hui de faire pousser des dattiers génétiquement (OGM) pour résister aux attaques de nos amis les insectes.

Malheureusement, beaucoup de dattes commercialisées sur le marché (en supermarchés, boucheries traditionnelles halal, épiceries orientales) sont produites selon ces procédés. On retrouve ces dattes, surtout durant le Ramadan, mais aussi pour Noël et Pâques dans les étales.

dattes

Autre contrainte d’ordre économique, la question du traitement par fumigation pour les dattes non bio, destinées à l’exportation. Cette technique est tout simplement obligatoire pour permettre aux dattes traditionnelles de quitter le territoire où elles ont été cultivées.

Le process de culture d’une datte bio :

Comme tout protocole d’agriculture biologique, la certification Bio pour les dattes doit respecter certaines règles :

1- Traçabilité de la graine de l’arbre au fruit :

Nous concernant, l’organisme EcoCert (qui délivre le label AB) peut vérifier chaque étape du processus de production du fruit, documents à l’appui. La transparence du début à la fin, afin de garantir aux consommateurs une Deglet Nour 100 % Bio.

2- Aucun produit chimique de traitement (insecticide, herbicide) et pas de modification génétique (OGM) :

Bien évidemment, puisque c’est le point névralgique du protocole Bio : ne pas traiter les fruits ou légumes, ni les plantations, avec des produits nuisibles à la nature (faune et flore). De même, la datte ni son arbre ne doivent être altérés au niveau génétique : ils doivent pousser et se développer de manière totalement saine et naturelle.

datte bio

3-Conforme à la philosophie du bio :

On fait référence ici aux grands principes du Bio, en matière d’éthique et de respect de l’éco-système. Cet esprit responsable se traduit par exemple par le refus d’une agriculture intensive, ou par la préservation des espèces végétales et animales lorsqu’elles sont menacées.

Pour nos dattes par exemple,  la protection contre les parasites et insectes se fera par des techniques plus artisanales, comme l’utilisation d’un filet anti-moustique, pour empêcher ces gourmandes bêtes de nous chiper nos Deglet Nour. Car le Bio, vous l’aurez compris, suppose un certain nombre de sacrifices d’ordre économique, pour permettre la préservation des espèces et de la terre. Mais ça en vaut la chandelle.

S’il ne fallait en retenir qu’un… (1/2)

Après des suspicions sur un cas de « vache folle » dans les Ardennes il y a quelques jours, il s’est avéré finalement que l’animal en question a bel et bien contracté la maladie de  Creutzfeldt-Jacob. Ce nouvel épisode sombre dans la filière bovine nous en rappelle malheureusement d’autres : depuis une trentaine d’années, les cas de maladies, de scandales et d’irrégularité sanitaire dans le secteur de la viande  ont défrayé la chronique dans le vieux continent et à travers le monde. Bionoor Tendre-France, votre marque de viande Bio Halal, revient en deux articles sur trois décennies riches en événements, et propose une alternative efficace à ces scandales à répétition. Ça  veau le détour !

viande halal bio

Les périodes de vaches maigres

  • 1986, la vache folle affole les médias et les consommateurs. Nous sommes en 1986 : le Royaume-Uni annonce avoir détecté un cas de vache folle (appelé maladie de Creutzfeldt-Jakob). La maladie touchera d’abord les bovins, avant de s’attaquer à l’homme (1996) par l’intermédiaire de la consommation de viande. Le secteur bovin prend un coup terrible.

bio halal

  • 2003, la grippe aviaire sur les poulets crée la panique. Apparue en Asie, puis présente dans d’autres continents, la grippe aviaire oblige les autorités sanitaires à demander la destruction de millions de poulets, par peur de contamination humaine. La maladie est en effet responsable de la mort de 240 personnes.
  • 1999, la dioxine cancérigène arrive. Quelques années après les cas de « vache folle » retrouvés chez des humains, on apprend que des matières cancérigènes issues de procédés industriels sont retrouvées dans des œufs, la volaille, les porcs, et la mozzarella notamment.

boeuf halal bio

  • 2011, le porc « bovinisé » débarque en Chine. Des industriels chinois transforment de la viande de porc en viande de bœuf grâce à l’utilisation de borax, un composant cancérigène.
  • 2006-2013, le cheval « bovinisé » entre en scène. C’est cette fois-ci en Europe que le scandale voit le jour. Des tonnes de viande de cheval sont frauduleusement « transformées » en viande de bœuf : les sociétés Spanghero, Draap Trading et Comigel sont clairement montrées du doigt dans cette escroquerie de grande ampleur. Au final, c’est toute la filière qui prend un coup, y compris le domaine du Halal (entre 2006 et 2009, de nombreux plats « HALAL » sont touchés par l’arnaque, dans lesquels des viandes équines sont intégrées, en lieu et place de viandes de bœuf).

Le bon plan (tation)

C’est le printemps chez Bionoor ! Les fleurs poussent, les arbres reprennent des couleurs, les oiseaux chantent. Mais dans certaines régions du monde, tout n’est pas si rose… La sécheresse, les climats arides, mais aussi les actions de l’Homme sur son environnement, empêchent de nombreuses populations de pouvoir profiter de la nature. 

Justement, chez Bionoor, on a eu une idée. Et si on profitait de la saison des bourgeonnements pour donner un petit coup de pouce à la terre ? Le projet est simple, pas cher et terriblement utile. On vous explique ça en quelques minutes, et puis on se retrouve à la fin de l’article avec un petit lien pour accéder à la page des plantations.

Le projet (nial)

L’idée est triviale : vous commandez un arbre dans la boutique Bionoor (vous trouverez un lien en bas de cet article) et nous nous chargeons, pour vous, de planter cet arbre dans le pays de votre choix (Algérie, Sénégal ou les deux). Ces plantations sont réalisées en partenariat avec des associations présentes dans les pays mentionnés… pour laisser une trace !

plantation arbres sénégal plantation arbres algérie

Ce projet, absolument génial, a pour but non seulement de replanter des arbres dans des régions arides, mais aussi de faire prendre conscience aux différentes générations de l’importance de la préservation des ressources. C’est en cela que cette opération, réalisée au sein d’écoles du sud Algérien et au Sénégal, revêt un caractère pédagogique et humaniste. Car se contenter de replanter ne suffit pas à régler le problème.

Le projet (nérationnel)

Pour nous, cette action sera salutaire et pérenne si elle s’accompagne d’un programme auprès des enfants, afin que les générations futures poursuivent le travail entamé, et sèment encore plus de graines pour demain. C’est donc tout naturellement que Bionoor a décidé de mettre en place ce programme de reforestation au sein même des écoles, avec les enfants.

plantation arbres

Cette approche, des plus ambitieuses, va nous permettre de sensibiliser les populations de demain à mieux entretenir nos ressources, à préserver la terre et l’éco-système, et rendre le monde plus vert. Vous pouvez choisir, à votre convenance, de prendre un arbre pour le Sénégal ou l’Algérie, pour vous ou pour un proche, afin  de réaliser des bonnes actions en équipe ! Un certificat de plantation sera alors émis et attribué à la personne pour qui l’arbre est destiné.

Offrez-vous un cadeau 100 % naturel, qui ne gaspille pas de ressources, mais qui en crée plutôt !

Pour acheter un arbre en Afrique et participer à la reforestation, c’est par ici !

dattes bio paris