Bionoor + L’Oréal = solidarity sourcing

Le 14 juin dernier, Bionoor était invité par L’Oréal pour une conférence sur le « solidarity sourcing ». De qui s’agit-il ? Depuis deux ans, le leader mondial de la cosmétique entreprend des actions visant l’accès à l’emploi pour des personnes qui en sont exclus. La démarche est la suivante : faire des achats solidaires auprès de fournisseurs qui sont au service de l’inclusion sociale. Ce programme intitulé « solidarity sourcing », a déjà fait ses preuves ; ce sont en effet plus de 10.000 personnes à travers le monde qui ont pu trouver un travail malgré leurs conditions de vie (handicap, isolement, exclusion sociale, etc).

 

Lors de la conférence, Chéa Lun, directrice du programme chez L’Oréal, a expliqué le processus de sélection de ces fournisseurs selon 5 points :

* Le caractère commercial de la transaction

* La dimension éthique, sociale et environnementale du projet

* Le nombre de personne en condition d’exclusion sociale qui bénéficieront du projet

* L’augmentation de revenu pour ces personnes

* La pérennité du projet

 

Vers un partenariat entre Bionoor et L’Oréal

 

Dès l’origine de ce programme, Bionoor a été sollicité par L’Oréal pour trouver des projets en adéquation avec des valeurs convergentes autour de l’éthique. Bionoor, associé à cette démarche, suit donc de près la politique de « solidarity sourcing » du géant de la cosmétique. Actuellement, des projets communs sont à l’étude. Affaire à suivre…

Hadj Khelil donne de l’espoir aux jeunes de banlieue

Hadj Khelil, Bionoor & des LycéennesL’histoire d’Hadj Khelil donne de l’espoir aux jeunes de banlieue. Né à Alger et arrivé en France à l’âge de un an, il a grandi dans la ville de Drancy, a suivi toute sa scolarité en Seine-Saint-Denis. Diplômé d’une grande école de commerce, qui lui ouvre les portes d’une salle de marché à Londres, il préfère rentrer en France et créer son entreprise. Il y a dix ans, il lançait la première entreprise à introduire l’agriculture biologique en Algérie.

Malgré la réussite de son entreprise, Hadj Khelil est un homme humble et généreux. Toujours résident de la ville de Drancy, il s’implique dans la vie associative, s’appuie sur ses valeurs, comme la générosité et l’entraide, pour avancer. Il insiste sur le fait que tout en travaillant, il ne faut pas être esclave de sa vie. Il n’oublie pas d’où il vient et il est toujours prêt à embaucher des jeunes de banlieue.

 

Article réalisé par Dounia Bounoua, Leïla Motaïb, et Samantha Vaillant pour le journal du lycée Henri-Sellier (Seine-Saint-Denis), qui a trouvé un écho dans les colonnes du journal L’Humanité.

 

Bionoor au Bourget : parce que Amatullah le vaut bien

Le début d’un partenariat

logo AmatullahComme certains d’entre nos lecteurs le savent – presque tous – Bionoor est une société qui exporte des dattes bio certifiées AB depuis des exploitations soigneusement sélectionnées en Algérie.
C’est cette fibre dattière que l’association Amatullah a sollicité en mars dernier en vue du RAMF Continue reading