Reforestation et plantations d’arbres en Afrique : tout un programme

Un célèbre proverbe africain nous apprend qu’une forêt qui pousse fera toujours moins de bruit qu’un arbre qui s’écroule. En effet, nombre d’actions, de combats et de luttes sont menés à travers le monde sans que l’on en entende parler, sans la moindre médiatisation, d’aucuns diraient dans l’indifférence la plus totale. Pourtant chaque année, des femmes, des hommes, des enfants, des associations, des groupes, vous, moi, le voisin, bref, des gens du commun se rencontrent, réfléchissent, s’organisent, et s’activent pour réaliser un projet hors du commun : rendre le monde meilleur.

L’objectif est énorme, mais aussi pluriel. Chacun selon ses compétences et ses capacités, peut participer à ce noble but. Chacun, selon ce qui le passionne et le sublime, pourra donner à la Terre un peu de lui-même.

Chez Bionoor par exemple, le combat se réalisera en plantant des arbres en Afrique. L’arbre comme point de départ de la préservation de son environnement. Décryptage d’un projet exceptionnel par Hadj Khelil, PDG de Bionoor.

Reforestation : un constat

Aujourd’hui dans le monde, ce sont plus de 9 500 000 hectares de forêts qui sont rayés de la carte chaque année, soit l’équivalent du quart de la France. Un constat terrible, qui malheureusement en appelle d’autres. Chaque minute, l’équivalent de 18 terrains de football disparaissent et laissent place à une déforestation rampante. Et l’impact sur l’écosystème est réel : menace sur des milliers d’espèces animales et végétales et à l’origine de 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, la déforestation a aussi des conséquences terribles sur les populations humaines. Ainsi, des centaines de millions d’individus voient leur cadre de vie détruit à cause de ce fléau.

En clair, cette destruction préméditée conduit à une désertification de certains espaces et menace ainsi les équilibres climatiques mondiaux. De même, elle agit de manière néfaste sur les conditions de vie dans les bassins forestiers et la biodiversité.

Reforestation : un combat

C’est à travers des situations aussi dramatiques et des constats aussi consternants qu’une prise de conscience prend forme depuis plusieurs années, relayés par des grands acteurs tels que Nicolas Hulot, ou des associations comme Green Peace ou WWF. Une prise de conscience qui se traduit également par des actions concrètes, chacun selon ses capacités et ses compétences. Nous, chez Bionoor, nous avons entamé il y a quelques années un vaste programme de plantations d’arbres en Afrique (Algérie, Congo, Mali, Madagascar, Niger, Sénégal) auprès des enfants. Ce programme de reforestation pédagogique se fait en partenariat avec des écoles locales, permettant à ces dernières de sensibiliser les élèves de manière ludique à la problématique des phénomènes de déforestation. Et, à notre humble niveau, nous participons à ce challenge hors du commun.

Et quelques bonnes nouvelles se dessinent à l’horizon.
Car même si les chiffres sur la déforestation demeurent très inquiétants au niveau mondial, on observe :

– un certain ralentissement dans la suppression des forêts : de 16 Millions d’hectares détruits par an dans les années 90, nous sommes passés à 13 Millions par an 20 années plus tard.

– un phénomène de reboisement et d’expansion naturelle des forêts

Oui, les déforestations se ralentissent et des arbres sont plantés. En espérant que cette fois, ce seront les seconds cités qui feront le plus de bruit.

Comment acheter un arbre chez Bionoor et ainsi compenser votre émission de carbone.

Crédit photo : https://protectandrespecttheworld.wordpress.com 

Un Ramadan bio et éthique

1Kg de dattes offert pour 5Kg de dattes achetées !Bionoor_dattes_images_001

Pendant la période de Ramadan, les prix des produits alimentaires augmentent, et particulièrement ceux appréciés pour la rupture du jeune. C’est ainsi que ce mois, qui devrait être celui du partage, devient pour beaucoup de familles une charge financière.

Mais face à cette flambée des prix, Bionoor s’engage : dès aujourd’hui, pour toute commande de 5 paquets, passée avant la fin du mois de Ramadan 2013, le 6ème paquet est gratuit !
Soit 1Kg de dattes offert pour 5Kg de dattes achetées.

C’est notre façon de vous souhaiter un bon Ramadan, tout en vous faisant découvrir les dattes biologiques et éthiques.

Bionoor plante des arbres en Afrique

Depuis 2005, la société Bionoor a mis en place un programme de plantation d’arbres en Afrique, dans un objectif de compensation carbone. Cette volonté s’inscrit dans un mouvement de développement durable en y associant une exigence pédagogique. En effet, le programme lancé par Bionoor implique directement les écoles et les enfants dans cette démarche environnementale.

 

Pour en savoir plus, je vous propose de nous suivre dans un reportage sur le continent africain.

 

Bionoor – campagne de plantation 2012 – Algérie :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=98w6lzQik3U[/youtube]

Il était un TEDx…

Des idées qui valent le coup d’être répandues pour changer le monde…parce que le rêve existe encore aujourd’hui !

TED - Ideas worth Spreading

C’est quoi TED ?

TED signifie Technology Entertainment Design, soit en français : Technologie Divertissement Design. Tout un programme, mais surtout le nom d’une conférence organisée par l’ONG The Sapling Foundation (La Fondation du Jeune arbre…ça nous parle chez Bionoor !), qui consacre son action à « la puissance des idées pour changer le monde ».
Au final, les évènements TED sont des conférences dont le concept est né en 1984 à Monterrey, près de San Franciso aux Etats-Unis. Les sujets sont très divers, ainsi que les intervenants eux-mêmes. Qui ne rêverait d’avoir une conversation avec Bill Gates au sujet des abeilles ?

En marge de la conférence mère TED, il existe le programme TEDx, qui permet à d’autres organisations, grâce à des licence, dupliquer l’expérience TED en dehors de son cadre originel grâce à des licences. Là encore, la mission est de propager au maximum les meilleures idées, tout en gardant la crédibilité du cadre.

Photo TEDx Alger

Un évènement exceptionnel à Alger
le 9 avril 2011

Hadj Khelil, de Bionoor, a pu récemment s’essayer à l’exercice, qu’il a réussi avec brio. Et pour cause, le thème était celui de « L’Esprit d’entreprendre ».
Le TEDx Alger a eu lieu le 9 avril dernier, à l’initiative d’un groupe d’étudiants de l’Ecole nationale algérienne Supérieure d’Informatique – le Club ETIC. Moyenne d’âge des
organisateurs : 20 ans !

Cet évènement, le deuxième seulement de l’histoire des TEDx à avoir été organisé par un groupe d’étudiants, a été une véritable vitrine de ce que l’Algérie compte de personnalités d’influence dans leurs sphères respectives. Parmi ces personnes, on a pu compter Fadhila Brahimi, papesse francophone du personal branding, Hind Benmiloud, première avocate algérienne spécialiste de la cybercriminalité, ou encore Rabah Ghezali, fondateur du TN2020 la Peace Academy.

Qu’en ressort-il au bout du compte ?

On a pu assister le 9 avril à une véritable séance de motivation collective. Dire que les Algériens ont besoin qu’on leur dise que des personnalités algériennes capables de changer le monde existent ne serait pas dénué de sens. Car après l’indépendance et la dernière qualification en coupe du monde de football, les causes d’autosatisfaction collective ne sont pas légion au pays d’Abdelkader.
Bref, comme le dit si bien un blogeur, « Beaucoup de participants sont ressortis inspirés, avec plein d’idées nouvelles (controversées ou pas) ».
Hadj Khelil dira lui-même qu' »il s’est passé quelque chose ». Espérons seulement que les effets restent…et qu’on assiste pas, la Méditerranée en miroir, à un autre syndrôme France 1998.

 

Hadj Kheli à l’honneur sur la télévision algérienne

Hadj Khelil, fondateur et gérant de Bionoor, a participé au premier TEDx Alger le 9 avril 2011. Il ne pensait pas que cet évènement aurait de telles retombées, médiatiques et autres, dans son pays de naissance : l’Algérie.
Le 12 mai dernier, Mohamed Kherifi, journaliste et chroniqueur sur la 3ème chaîne algérienne (Athalitha) – arabophone et satellitaire – lui a consacré sa chronique de l’émission de l’après-midi de la chaîne. La chronique est programmée tous les jeudis et s’intitule « Zoom Athalitha », le Zoom de la 3.
Un Zoom qui fait plaisir à Bionoor, et que l’équipe a souhaité partager avec ses amis arabophones.

(Une traduction sera opérée dès que nous en aurons la possibilité)

Le fondateur de Bionoor au TEDx Alger

Une chose est sûre : le passage de Hadj Khelil au TEDx Alger, le 9 avril dernier, ne sera pas passé inaperçu. Plus encore, il aura laissé des traces.

 

Hadj Khelil (Bionoor) au TEDx Alger

© BAR (Bougherbal Ammar Redouane)

Entre humour et sérieux, avec une longue introduction digne du stand-up, le discours a été entrecoupé de rires et d’applaudissements, pour finir couronné par une véritable standing ovation.

L’économiste Hadj Khelil explique que son parcours est le résultat d’un questionnement central « dans [s]on existence : c’est quoi la valeur des gens ? c’est quoi la valeur des choses ? ». En économie, c’est une angoisse globale depuis le XXème siècle. Continue reading

« Planter 1000 arbres en Algérie » : une campagne réussie !

Cette première semaine d’avril a été l’occasion de « Planter 1000 arbres en Algérie » grâce à vos achats sur la page consacrée du site. Alors que notre responsable Hadj Khelil a quitté les régions concernées pour se consacrer aux activités algéroises de l’entreprise, l’heure est sans doute venue de faire un premier bilan.

"Planter 1000 arbre en Algérie"

Le compte y est !

L’opération ne s’est bien entendu pas faite en une semaine. Il aura fallu un travail préalable et déjà quelques arbres plantés, toujours avec nos partenaires locaux.
A Taghit, près de Bechar dans la Saoura (sud-ouest algérien), Bionoor a replanté 100 arbres. Ces 100 arbres correspondent aux 10% qui n’ont pas « pris » après la campagne de plantation de 1000 arbres de l’an dernier.
A Beni Abbès, toujours dans la région de Bechar, 700 autres arbres ont trouvé leur place dans de nouvelles écoles.
Enfin, près de 200 arbres ont été donnés à des agriculteurs en difficulté face à un Sahara qui ne cesse d’avancer. Leurs exploitations sont comme des oasis agricoles, à préserver au maximum. Nous avons estimé que leur vocation, comme la nôtre, consiste à reverdir le désert pour mieux lutter contre son avancée.

Le sourire des enfants

Et de tout ce travail, possible grâce à vous, ce que nous retenons, c’est le sourire des enfants… »Avec bientôt 10 ans de métier, je continue de trouver l’enthousiasme des enfants extraordinaire. Ça procure un an de carburant supplémentaire. Et c’est ce qui nous conforte dans l’idée que c’est là la meilleure solution pour compenser son carbone », raconte Hadj Khelil.
Une anecdote ? ce petit garçon qui en le voyant avec l’équipe arriver dans son école s’adresse à eux d’un ton très assuré : « Pour les arbres, ne vous inquiétez pas. On s’en occupe ». Un tel sens de la responsabilité ne peut qu’interpeller.
Comme chaque année, chaque arbre a été attribué à un groupe d’enfants qui sont systématiquement sensibilisés à ses besoins et aux problématiques environnementales. En tout après cette campagne, ce sont 5000 personnes sensibilisées de plus…et combien demain !

Notre pari : l’enfant et son éducation

En choisissant de s’orienter dans la compensation carbone en 2005, Bionoor a fait le pari d’un monde moins riche en CO2…et plus riche en arbres. Mais aussi plus riche en éducation !
Car là est la différence…ne pas planter pour planter.
Dans les régions désertiques, telles que la Saoura où Bionoor était il y a quelques jours(*), la beauté des paysages dunaires n’enlève rien à une vérité : les arbres sont une chance. Plus qu’un symbole de vie, nous en faisons le coeur de programmes dont nous espérons qu’ils feront des générations conscientes de l’importance de la vie en harmonie avec son environnement.
Ce petit garçon rencontré dans une cour d’école est déjà en quelque sorte, sans le savoir, éco-responsable.

 

(*)et reste encore de par le suivi qui est opéré avec nos partenaires locaux.

 

Bionoor, l’entreprise qui reboise l’Afrique

Article de Gwenael Bourdon paru dans Le Parisien du 14 octobre 2010.

Téléchargez la version pdf de « Bionoor, l’entreprise qui reboise l’Afrique ».

 

des enfants plantent des arbres dans des écoles au NigerDe l’importation de dattes algérienne à la plantation d’arbre dans les cours des d’écoles en Afrique. Vous ne voyer pas le rapport ? Hadj Khelil patron de la société Bionoor, si! Voila quelques année que ce jeune entrepreneur d’Aulnay, ancien trader à Londres, allie avec succès deux activités : le commerce de produits équitables, et la compensation carbone. Soit la plantation de milliers d’arbres tous les ans dans plusieurs pays menacés par la désertification. Après le Sénégal, le Congo, l’Algérie, l’entreprise investit au Niger, en partenariat avec le secours populaire des Yvelines.

 

10 centimes prélevés sur chaque kilo de dattes

« Nous leur fournissions des dattes et on s’est mis à monter ce projet » , explique Hadj Khelil le chèque vient l’être signé, qui va permettre à une ONG locale d’acheter semences et matériel. « on plante dans les cours d’école. C’est un projet de reforestation pédagogique ! » souligne l’entrepreneur, « les enfants ce sentent responsables des plantes » renchérit Pascal Rodier, du Secours Populaire. « Pour les arbres, on choisit des espèces locales. Des arbres d’ombrage, des espèces vont servir de clôture pour les jardins, et des acacias pour reconstituer les zones de pâtures ».

Dans chaque pays, le principe est le même. Créer des pépinières ou se fournir auprès de partenaires, pour permettre ensuite aux jardiniers en herbe de reverdir leurs terrains de jeux. Bionoor finance ces opérations grâce à ses ventes, prélevant 7 centimes sur chaque kilo de pomme vendu, 10 centimes pour chaque kilo de dattes, et ainsi de suite. Mais il s’agit aussi d’un plan de développement pour l’entreprise fondée en 2002, puisqu’elle agit également pour le compte d’autres sociétés soucieuses d’environnement, grandes ou petites. Un restaurateur de Stains a ainsi contribué l’an dernier à la mise en terre de 250 plantes en Algérie. Ces opérations représentent un véritable investissement : « il faut en moyenne trois ans pour s’installer dans un nouveau pays. Ça représente environ 50000 euro » évalue Hadj Khelil, auquelle succès donne des ailes.

 

Dans un mois, un autre partenariat devrait être finalisé à Madagascar.

« L’an dernier, on a planté 5000 à 6000 arbres dans trois pays. Mais ce n’est rien comparé à ce qu’on pourra faire quand nos pépinières vont arriver à maturité ! Je vise 50 000 arbres plantés en 2014, dans une dizaine de pays » rien ne lui fera toutefois abandonner ce qui fut le point de départ de l’épopée Bionoor : l’importation des fameuses dattes algérienne produites sur des terres ou se trouvait autrefois la petite exploitation de son grand-père.

 

Bionoor reçoit le prix de l’économie solidaire

Les dirigeants de BionoorIl a repris fièrement la tradition familiale, avec les valeurs ajoutées de la qualité bio et du commerce équitable. Hadj Khelil, le patron de Bionoor, vient de recevoir le prix d’économie solidaire créatif dans la catégorie coopération avec les pays du Sud.

 

Outre les 5000 euros remis par le conseil régional d’Ile de France, c’est tout un réseau de ressources matérielles et techniques qui s’ouvre à cet enthousiaste entrepreneur d’Aulnay-sous-Bois. Epaulé par Jean-Sébastien Coûteux et Frédéric Solbes deux amis d’enfance de Drancy, Hadj Khelil est un vendeur de dattes peu banal. Avec son projet terroirs d’orient, il fait vivre une quarantaine saisonnières de Bir-Dijinin et embaucher trois intérimaires par mois en France. Continue reading

Commerce équitable : Hadj Khelil récompensé

Sur la carte du nord de l’Afrique, il pointe du doigt le haut-lieu de production de dattes algériennes. De Bir-Djinin à Aulnay-sous-Bois, il n’y a qu’un pas. A 32 ans, Hadj Khelil, directeur de la société Bionoor travaille en tout cas à établir des passerelles économiques qui favoriseront l’humain. « Quoi de mieux que de faire profiter les pays du Nord des produits de qualité du Sud, en faisant travailler les gens sur place, selon les critères de commerce équitable », s’enthousiasme le jeune patron, issu d’une illustre famille du Sahara. Lauréat du prix économie solidaire créatif dans la catégorie « Coopération avec les pays du Sud », le projet Bionoor Terroirs d’Orient fait vivre une quarantaine de saisonniers en Algérie d’octobre à janvier, sans compter les trois intérimaires par mois embauchés régulièrement en France.
Continue reading