« Hadj Khelil créateur de Bionoor » par l’AJE

La prise en compte des problématiques écologiques est en train de prendre un vrai tournant mondial et créée, à ce titre, de nouveaux emplois.

 

Tous les secteurs et métiers sont concernés : le gouvernement, le management, le conseil et les ressources humaines. Mais aussi la solidarité, l’aménagement du territoire, l’amélioration du cadre de vie, l’agriculture, ‘environnement et les éco-industries.

Dans le domaine de l’environnement et du développement durable, le nombre d’emplois ne cesse de croître. Ce secteur représente plus de 500 000 emplois actuellement en France avec plus de 320 000 recrutements par an prévus d’ici 2020. C’est la gestion des eaux usées et des déchets qui totalise la moitié de l’emploi environnement. On recherche par exemple des ingénieurs en traitement de déchets, des responsables d’usine de production d’eau potable, des agents et techniciens de station d’épuration….

 

Focus sur les métiers de l’alimentation biologique avec …Hadj Khelil créateur de Bionoor

 

Il n’a pas la langue dans sa poche ! A 35 ans Hadj Khelil sait ce qu’il veut et possède une maturité hors normes en matière d’entrepreneuriat. Normal, voici déjà 7 ans qu’il a monté son entreprise : une production de dattes « bio » qui poussent sur sa terre natale, l’Algérie. Et étendue, depuis, à la production d’autres fruits secs et pâtisseries orientales. Une vraie rencontre.
« Les derniers chevaliers d’aujourd’hui, ce sont les entrepreneurs ! je ne parle pas des patrons de grands groupes. Mais plutôt des chefs d’entreprise à la tète de PME, des entrepreneurs individuels qui prennent des risques pour développer une activité et créer des emplois. »
Le ton est donné. Hadj Khelil a en effet été invité par le président à témoigner lors d’une des conférences AJE « Création d’entreprise de croissance ». Quand on connaît les deux personnages, qui, apparences seulement, n’ont en commun, on ne s’étonne pas…

Une réussite exemplaire

Issue d’une famille de quatre garçons, maman, papa, ancien procureur général, la voie n’était pas toute tracée pour cet enfant élevé au sein des cités « chaudes »du 93. Aulnay-sous-bois. Les « 3000 ». Le décor n’est pas propice à l’entrepreneuriat. Après une école de commerce et quelques années passées en salle des marchés à « jouer » les traders, Hadj Khelil commence à développer une conscience écologique et a avoir envie, loin des indices du Dow Jones de travailler la matière première. Il ne fera pas carrière dans son choix premier : les métaux précieux mais dans les ..dattes ! « Lorsque j’ai évoque ce souhait en famille, mon père m’a parlé de terres familiales, laissées en friche depuis de 50 ans. J’ai rebondi sur l’idée, mon chemin était là. » Depuis, l’entreprise de Hadj Khelil, dont le siège est toujours basé à Aulnay-sous-bois, a été lauréate régionale du prix « Talents de Cités » 2006 et fait travailler une trentaine de personnes en Algérie et 3 en France. « Je suis fier de cela. Fier de m’être dit : « c’est possible » de m’être battu, d’avoir pris des risques, dans une France que je trouve de plus en plus lisse. Et puis, j’ai toujours préféré un petit chez moi, qu’un grand chez les autres ! » la boucle est bouclée.

 

Article publié dans l’AJE (Association Jeunesse et Entreprise) en janvier 2009.

 

One comment

  1. Monsieur Bonjour,
    Je suis jeune entrepreneur dans le milieu de l’environnement, j’essaye de commercialiser un nouveau systeme de gestion d’eau et d’energie, qui elimine le stresse hydrique, et qui a été lors du salon international des inventions de GENEVE. Les couts d’installation de ce systeme sont tres faibles, le principe reste de reduire les charges aprés avoir mis en route un cahier de charge avec l’agriculteur.
    M, AZZI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *