Circuit courts et circuits longs en Bio : à vous de jouer

Quelques b(i)onnes nouvelles, et on ne va pas s’en plaindre chez Bionoor, spécialiste en dattes fraîches depuis. D’après une enquête réalisée par le ministère de l’Agriculture, de plus en plus d’exploitations  agricoles sont en train de se convertir au Bio (de 2010 à 2013, + 20%, soit environ 5000 nouvelles exploitations Bio en 3 ans). Conséquence directe de cette 1ère bonne nouvelle, une autre bonne nouvelle : la création d’emplois dans le secteur. En effet, une fois la transition en Bio réalisée, les responsables d’exploitations devront embaucher, pour faire face au surplus de travail (vous devinez bien qu’une exploitation Bio nécessite plus de main-d’œuvre qu’une exploitation traditionnelle). Ainsi, pour permettre à cette embellie de s’inscrire dans le temps, notre rôle de consommateurs est central, et ce, à un double niveau : au niveau des circuits courts et des circuits longs. Explications.

Le circuit court et le Bio

Il est connu que les circuits longs (grande distribution notamment), ne favorisent pas toujours un développement pérenne des exploitations agricoles lorsque les volumes et les marges ne suivent pas. La pression des prix et les conditions d’achat des GMS (reprise des invendus par exemple) créent une certaine vulnérabilité économique chez les producteurs Bio (en dépit des volumes plus importants de ventes). On comprend aisément que la multiplication des intermédiaires dans un circuit long de distribution est souvent synonyme d’érosion des prix à la source. Une des solutions est donc de favoriser les circuits courts, avec la vente directe chez l’exploitant, permettant des tarifs plus justes. Il est donc important pour chacun d’entre nous de faire un petit effort pour consommer chez l’exploitant directement, quitte à devoir faire quelques km de plus. Le site AgenceBio.org dispose justement d’un annuaire vous permettant de trouver rapidement un producteur Bio près de chez vous (voici le lien). Cela aidera la filière à se maintenir et à se développer, et à pousser d’autres exploitants à franchir le pas.

Mais d’autres solutions existent.

datte-fraiche

Le circuit long et le Bio

Un des meilleurs exemples de ce type de distribution est celui du marché du lait. Alors que le marché global du lait connaît un vrai recul, celui du lait Bio affiche de beaux chiffres. Vendu environ entre 20 et 50 centimes de plus par litre par rapport à un litre de lait classique, le prix du lait Bio semble ne pas inquiéter les consommateurs outre mesure, puisque ceux-ci répondent « présents » et démontrent un réel intérêt pour ce produit.  Au final, il est apparu que l’offre de lait Bio ne suivait pas la demande, preuve d’un engouement manifeste chez les clients finaux.

dattes-fraiches

Les volumes ont permis de donner une rentabilité aux producteurs de lait, et conséquence immédiate de ces chiffres réjouissants, des demandes de conversion en Bio chez les producteurs de lait qui se multiplient. En revanche, il est important de signaler que la transition d’une exploitation vers une production de lait Bio prend du temps, car des changements structurels profonds sont demandés, ainsi qu’une réorganisation des méthodes d’alimentation et de traitement. Mais qu’à cela ne tienne, il semblerait que l’optimisme régnant autour du Bio fait tâche d’huiles auprès des différents acteurs de la filière, et tout cela montre que VOTRE travail finit par payer.

Du miel, des abeilles et des maths (3/3) : la danse des abeilles

Pas folle la guêpe ! Et oui, les abeilles n’ont pas fini de nous surprendre. Aujourd’hui, autre particularité, autre surprise. Saviez-vous que les abeilles, qui nous donnent une frousse pas possible dès qu’elles approchent de nous, ont une « danse » propre à elles ? En effet, si elles « se dandinent », c’est en réalité pour communiquer entre elles. Une pratique, qui a, une fois de plus, intrigué les scientifiques sur ce phénomène des plus singuliers. Voici le dernier article de cette série exceptionnelle. En Bonus, Bionoor, votre marque de dattes Bio, vous propose une vidéo  extraordinaire sur les abeilles de Nelson Peter en grandeur nature. Bonne(s) lecture(s).

La danse des abeilles…

Comme on l’a vu précédemment, les abeilles cachent une science très mystérieuse. En effet, elles ont des capacités difficilement appréhendables par l’être humain. Parmi ses mystères, la communication et sa danse. La communication des abeilles a plusieurs utilités, comme la reconnaissance, le repérage ou encore l’alerte. Elles s’informent de cette manière des différents points de nourriture par exemple, et cela, en fonction de leurs rôles respectifs dans la ruche (exploratrice, butineuse). Cette communication se fait à partir des antennes, et grâce à des procédés chimiques (si si, les phéromones), et bien sûr à travers leur danse. Cette technique d’échange s’appuie sur un langage à la fois physique, chimique et intellectuel.

dattes bio

La danse des abeilles a fait l’objet de sérieuses recherches à la fin du siècle dernier. Karl Von Frisch, ainsi que deux autres scientifiques ont ainsi été récompensés de ces travaux par le prix Nobel 1973. En 1986, son élève Martin Lindauer confirme sa théorie grâce à la mise en place d’un robot miniature conçu pour se dandiner comme les abeilles.

… ou LES danses des abeilles ?

En réalité, il y a plusieurs types de danses chez les abeilles, en fonction de leur besoin. Voici les deux plus importants :

  • La danse en rond (ou circulaire) :

datte bio

Après avoir trouvé une source de nectar, l’abeille exploratrice revient à la ruche et fait une ronde (danse circulaire) devant ses amies, afin de les informer de la proximité du nectar (d’une distance inférieure à 50 mètres environ). Pour ce faire, l’abeille fait une rotation sur elle-même, de manière très rapide, puis change de sens en faisant un demi-tour.

Ses congénères l’observent et utilisent leurs antennes pour comprendre ce qui se passe. Elles vont flairer le parfum de provenance du nectar (fleur par exemple) chez l’exploratrice, et s’envolent ensuite en direction du lieu de nectar. Elles sont « téléguidées » par le parfum des fleurs à butiner.

  • La danse en 8 :

Plus hallucinant encore, la danse en 8.

dattes bio paris

La danse en 8 se compose d’un parcours suivant la forme d’un 8 : l’abeille exploreuse réalise un trajet droit, en bougeant son corps de droite à gauche (frétillement) et en battant des ailes. Elle fait alors un demi-cercle pour revenir à sa position initiale. Elle réitère son premier trajet en ligne droite en se trémoussant, puis elle fait un demi-cercle de l’autre côté, pour rejoindre sa position du début. Ainsi, ces mouvements ont en réalité une signification que vont interpréter les autres abeilles.

Le premier trajet (en ligne droite), va informer sur la direction à prendre par rapport au soleil pour  rejoindre la source de nectar. Deuxième info, la nature du mouvement. La largeur des courbes du 8  et la vitesse de frétillement vont renseigner sur la distance séparant la ruche du futur lieu de butinage. Tout simplement ahurissant.

Par ailleurs, les abeilles butineuses vont également prendre des informations sur la fleur à butiner, en suivant et flairant l’odeur de l’exploreuse, impregnée du parfum de la fleur.

Elles peuvent alors s’envoler pour mener à bien leur mission.

Bonus :

Crédit Photo : Musee-du-miel.com

Du miel, des abeilles et des maths (2/3)

Deuxième opus de notre article consacré à la production de miel par nos amies les abeilles, en mettant l’accent aujourd’hui sur un composant de la ruche absolument hallucinant qu’est l’alvéole. Si leur forme paraît banale au premier abord, il s’avère en réalité que ce composant est d’une complexité tout simplement fabuleuse. Laissez Bionnor, le spécialiste des dattes Bio, vous conter, dans les quelques lignes qui suivent, l’extraordinaire architecture des alvéoles.

La conception d’alvéoles

A la base, les abeilles construisent les alvéoles pour stocker le miel, le pollen et leurs « petits ». Elaborées sous forme de prismes, elles composent le gâteau de cire.

Le gâteau de cire est réalisé de 2 couches d’alvéoles, collées par leur base, qui est constituée de 3 faces. La partie supérieure d’une alvéole est un hexagone. En revanche, le fond de ces alvéoles n’a pas la forme d’un hexagone comme son haut, mais il est un assemblage surprenant de trois losanges (rhombe).

dattes bio algérie

Les abeilles entament d’ailleurs l’édification de l’alvéole par le fond, puis et remontent progressivement vers le haut en confectionnant les côtés des cylindres hexagonaux. Savantes et travailleuses, les abeilles détiennent un secret assez mystérieux, pour ne pas dire énigmatique.

Ce qui a le plus étonné les scientifiques, d’Aristote (4ème sièce avant JC) à Karihaloo (2013), c’est cette forme si étrange, si particulière, si précise des alvéoles (les parois inférieures mesurent, tenez-vous bien moins de 300 micromètres, soit 0.3 millimètres), par l’intervention de petites bêtes au talent insoupçonné.

La forme qui intrigue

La question est grande en effet : pourquoi une forme hexagonale ? Plusieurs grands scientifiques, et non des moindres, se sont penchés sur la question. Si certains ont avancé l’hypothèse de la pression des abeilles sur les parois (Bartholin), Darwin optait pour une modification « naturelle » d’une conception initialement circulaire, à cause de la chaleur : l’élasticité de la matière permettrait de changer la forme initiale, sur la base du phénomène de quadrature de cercle.

dattes qualité

D’autres, ont attribué cette forme au souci « d’économie » des abeilles. En effet, parmi les formes géométriques régulières permettant un pavage (carré triangle équilatérale et hexagone), l’hexagone serait le polygone régulier ayant le plus petit périmètre pour une même surface.

Quoi qu’il en soit, l’énigme des abeilles demeure.

To be continued…

BIONOOR POUR L’ENVIRONNEMENT

Engagement de Bionoor pour l’environnement. //RSE et développement durable/éthique.

La compensation carbone pour les entreprises

Le protocole de Kyoto, pleinement entré en vigueur en 2005, a proposé aux pays économiquement forts, des objectifs obligatoires sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour flexibiliser ces objectifs contraignants, les accords de Marrakech ont offert la possibilité aux entreprises de compenser leurs émissions de CO2 en participant à des campagnes de reforestation dans les pays du sud. Continue reading

ONCE UPON A DATTE

ONCE UPON A DATTE :

2002: De l’or entre les mains : nos dattes !

Quel Bio’nheur ! Bionoor devient la première entreprise à recevoir la certification « Agriculture Biologique » en Algérie pour ses dattes fraîches bio.

Hadj Khelil, le dirigeant de cette société, part en expédition dans le sud de l’Algérie pour renouer avec ses sources. Que découvre-t-il en arrivant sur la terre de ses ancêtres ? Des plantations familiales aux ressources incroyables ! Commence alors l’histoire de Bionoor avec la reine de sa gamme ! Nous avons nommé…roulement de tambours…La Datte Deglet Nour !!! Continue reading