Et vous, vous êtes plutôt… ?

Après l’article sur les régimes alimentaires, votre marque de dattes bio Bionoor vous parle aujourd’hui de certaines pratiques (ou habitudes) alimentaires qui se développent de plus en plus. En cette période de malbouffe et d’excès en tous genres (graisses, sucres, acidités, etc…), Bionoor vous présente quelques tendances actuelles, avec ouverture d’esprit et sens du partage.

datte

Végétarisme, végétalisme et véganisme

S’ils commencent tous les trois de la même manière, ils divergent par leur terminaison. D’un point de vue sémantique, la remarque est aussi vraie.

  • Le végétarisme :

Habitude alimentaire connu de tous, le végétalisme est une pratique consistant à exclure de ses repas la viande animale, issue de bovins, d’ovins ou encore des volailles. Ce mode de consommation peut être motivé par différentes causes : raisons religieuses, culture, éthique et convictions personnelles, croyances sociétales, etc… Le végétarisme s’est beaucoup développé avec la montée au créneau de certaines personnalités, notamment dans leur combat pour la préservation et le respect des animaux (Brigitte Bardot notamment).

  • Le végétalisme :

Plus loin que le végétarisme, le végétalisme. Cette habitude alimentaire interdit à ses adeptes non seulement la consommation de la chair animale, mais également des poissons et fruits de mer. Plus encore, les produits qui en sont issus naturellement, tels que le lait, le miel, les œufs, … sont bannis par les végétaliens. Comme leur nom l’indique, leur consommation se restreint aux produits issus du monde végétal, privilégiant les fruits, légumes, produits à base de minéraux, etc…

dattes algérie

  • Le véganisme

Le véganisme est la forme la plus « extrême » d’appartenance alimentaire en phase avec le règne végétal, puisqu’ici, la consommation de chair animale, ainsi que ses dérivés (œufs, lait) est évidemment interdite, mais aussi l’utilisation quelconque de l’animal sous quelle que forme que ce soit : le cuir, la laine, la soie ou encore la fourrure d’animaux n’est pas tolérée.

Parmi ses adeptes, nos amis du blog Veget-ou-rien, qui ne cesse de proposer des recettes 100 % naturelles, avec des réalisations savoureuses, testées et éprouvées par nos soins ! )))

dattes deglet nour

L’alimentation Paléo

Le Paléo est un mode d’alimentation ayant pour objectif de reprendre des habitudes alimentaires ancestrales, reposant sur l’idée que nos aïeuls n’avaient pas les mêmes problèmes de santé à cause de la consommation. Peuvent ainsi être mangés les viandes maigres, la volaille, les fruits et légumes, les poissons (et fruits de mer). Sont ainsi interdits les produits transformés (boîtes de conserves par exemple, boissons gazeuses…). Sont tolérés avec modération les boissons tels que le thé ou encore le café.

dattes bio

D’ailleurs, le site fitsister.fr a proposé un bel article sous forme d’infographie comparative sur le Paléo et le mode d’alimentation Cétogène (mode visant l’acquisition de cétose par l’augmentation des graisses et la baisse de glucides).

Ce qu’il faut savoir avant de faire ses courses (2/2)

Le shopping et les courses, vous en connaissez un rayon, c’est normal. Mais savoir les faire de manière optimisée, pour pouvoir trouver le bon équilibre entre produits sains, portefeuille et satisfaction de tout le monde, on rentre dans de la gymnastique artistique. Pour vous éviter ainsi de vous tordre le cou et de faire des mouvements incontrôlés, Bionoor, spécialiste en dattes bio, vous délivre, comme à son arbritude, des conseils précis et plein de raison. Stylo, feuille, et on écoute attentivement.

datte algérie

Les fruits et légumes qu’il faut vraiment prendre en Bio

Plusieurs organismes se sont penchés sur les fruits et légumes les plus infestés de produits chimiques, et c’est souvent les mêmes qui tirent leur épingle du jeu… dans le mauvais sens. Que ce soit les enquêtes de l’EWG, de l’INSERM ou d’autres encore, des tendances ressortent, et montrent clairement que certaines filières sont des récidivistes. Voici une liste non exhaustive, mais tout de même très utile.

Parmi les fruits et légumes les plus traités, on trouve : Pommes – Fraises – Céleri  – Épinards – Nectarines – Concombres – Myrtilles – Laitue – Pèches –   Petits pois – Pommes de terre – Piments – Poivrons – Raisin  – Tomates cerises. Ces produits, dans la mesure du possible, doivent être pris en Bio, et si cela représente pour vous un budget trop important, alors vous pouvez « piocher » dans la liste suivante (en substitution), qui est constituée de fruits et légumes qui sont en général moins sujets aux pesticides et autres produits chimiques.

 dattes

Les fruits et légumes moins traités en général

Dans ces produits-là, on retrouve moins de pesticides. Certains n’en ont pas, d’autres en très petites quantités.  Une partie d’entre eux  sont disponibles dans les cultures françaises, d’autres nous viennent de l’autre bout du monde. A vous de choisir et de faire votre marché.

Ananas – Asperges – Aubergines – Avocat – Champignons – Chou –  Chou-fleur – Maïs doux – Oignons – Mangue –  Papaye – Kiwi –  Pamplemousse – Melon –  Patates douces.

 deglet nour

Ah oui, un petit conseil avant de vous quitter. Il faut prendre le soin de bien rincer les fruits et légumes, car cela réduit les pesticides. Éplucher aussi, mais cela va diminuer les apports en vitamines présents dans le fruit/légume. Dommage de s’en priver. Il vous reste deux solutions : soit rincer vos produits avec de l’eau mélangée à du bicarbonate de soude, soit acheter du Bio au maximum.

Ce qu’il faut savoir avant de faire ses courses (1/2)

Au moment de faire les courses, c’est souvent le dilemme : entre ce qu’aiment les enfants, ce qui est sain et les contraintes de budget, le choix est difficile, et nécessairement, il y aura des sacrifices. Soyons honnêtes, on sait pertinemment que l’on ne pourra pas remplir notre caddie de produits bio : l’objectif de cet article est de vous orienter vers le meilleur compromis possible entre produits bio et produits non bio, sachant que certains fruits et légumes sont généralement plus traités que d’autres, et c’est sur ces produits précisément que le bio sera plus indispensable. Petit tour d’horizon.

deglet nour

Les produits bio en détail

En résumé, un produit bio est un produit issu d’une agriculture dénuée de produits chimiques ayant des effets nuisibles pour l’homme comme pour la terre. A partir du moment où un agriculteur respecte ce mode de production et/ou d’élevage, il est susceptible d’être certifié par un des grands organismes du Bio. Pour cela, les acteurs de la filière agricole (comme Bionoor pour les dattes d’Algérie) doivent bannir :

  • engrais chimique
  • pesticide et herbicide chimique
  • boue d’épuration
  • semence d’OGM

Pour les produits transformés, les éléments à prendre en considération :

  • Pas d’irradiation des aliments
  • Pas de colorant chimique
  • Absence d’additif chimique
  • Pas d’arôme artificiel
  • Absence d’agent de conservation chimique

Enfin, pour ceux qui sont dans l’élevage de bêtes Bio (comme Tendre France avec ses viandes Halal Bio), les exigences sont les suivantes :

– nourriture composée de produits bio
– procédés de soins naturels (sauf extrême nécessité, et de manière strictement limitée)
– sevrage maternel durant les premiers mois
– cadre de vie digne (vie en plein air, salubrité dans l’étable)
– traçabilité

dattes bio

Quelques orientations pour ses achats

Ainsi, pour vous faciliter la vie, il existe quelques solutions simples au moment de faire ses courses en magasin. La première chose, est de bannir les croyances infondées disant que certains pays en développement ne proposent que des produits bio, car ils ne sont même pas arrivés à l’ère de l’agriculture intensive, et que par conséquent ils n’utilisent que des
procédés. Erreur. Il est invraisemblable de retrouver dans son magasin des produits venant de l’autre bout du monde à moins d’un euro le kilo, et de croire qu’ils sont 100 % naturels.

dattes algérie
Autre réflexe, vérifier la présence de la mention « certifié par » ou « contrôlé par » sur l’emballage du produit, avec bien évidemment le nom de l’organisme de certification. Parfois, on peut trouver d’autres éléments d’information, mais tentez au moins de valider ces deux-là.
Maintenant un autre problème se pose, c’est celui des articles de magasin dont certains ingrédients seulement (minoritaires dans le produit) sont bio. A ce titre, la loi permet de mentionner seulement les ingrédients issu de l’agriculture biologique, mais le produit tout entier ne peut évidemment pas être certifié Bio.
Dans un prochain article, nous verrons que certains fruits et légumes sont généralement plus traités que d’autres, et nous vous dresserons une liste indicative de produits à privilégier en Bio, et une autre moins « impérative » sur des produits généralement moins traités.

Une cantine 100 % Bio à l’école : faire tâche d’huile (6/6)

Et nous voilà à notre sixième et dernière étape dans notre série consacrée à la cantine 100 % Bio, faisant écho à la réussite de la mairie de Mouans-Sartoux (06) qui a généralisé le Bio dans toutes ses cantines.

Pour clôturer cette superbe histoire, Bionoor, le pionnier de la datte Bio en Algérie, va aborder cet ultime article sur une note positive, et pleine d’espoir. L’accent sera mis sur la manière dont on pourra élargir cette action à d’autres écoles, pour créer un effet tâche d’huile. En espérant une large diffusion de ce concept, Bionoor vous propose le dernier papier de cette série haute en couleurs. A nous de jouer !

dattes bio

Raison n°5 : créer un engouement pour le Bio à la cantine

Comme nous l’avons mentionné dans un précédent article, l’association « Un plus Bio » est un acteur majeur dans le développement du Bio dans les cantines et écoles. Avec son travail de pédagogie et de sensibilisation très important, elle lutte sans cesse pour faire évoluer les mentalités et proposer des outils d’aide au changement. D’ailleurs, c’est elle qui est à l’origine de la campagne « Fais bouger ta cantine », qui prend fin le 30 juin prochain.

Celle-ci consiste, comme on le voit dans l’image ci-dessous, à participer, chacun selon ses capacités et son temps, à la diffusion et au partage de cette campagne.

Cela peut se traduire, lorsque l’on a une minute, par l’envoi de cette action sur les réseaux sociaux et aux élus. Lorsque l’on a une heure, cela passe par le passage à la cantine de ses enfants pour tester, etc…

datte

Mais le combat ne s’arrête pas là. L’association, bien que très attentive à l’alimentation des enfants à l’école, n’oublie pas pour autant les plus âgés et les souffrants. Le collectif d’ « Un plus Bio » s’évertue également de promouvoir le Bio dans les cantines des hôpitaux et des maisons de retraite, pour prendre soin de tout le monde.

Comme un pont entre nous, « Un plus Bio » est en partenariat avec notre organisme de certification Bio Ecocert.

Un grand bravo à tous pour vos engagements, votre dévouement et votre altruisme.

Une cantine 100 % Bio, 5 raisons d’y adhérer : développer sa réflexion sur le monde (5/6)

Voici notre cinquième set aujourd’hui, toujours dans la continuité de notre série dédiée à la cantine 100 % Bio. Les enseignements tirés de cette décision sont en effet nombreux, et touchent à des thématiques variées, allant de la santé au côté éducatif (voir notre premier article), en passant par le côté économique (voir notre article sur l’importance de l’indépendance).  

L’article du jour concerne un point qui n’est pas lié directement à l’instauration de la cantine bio, mais qui pourrait le devenir par l’appropriation du sujet par les enseignants des écoles. Ce point, c’est le développement chez les enfants du sens critique sur son environnement (environnement dans son acception globale).

Pour cela, le spécialiste de la datte bio Bionoor revêtit le costume de prof et part à la rencontre des opinions.

dattes bio algérie

Raison n°5 : encourager l’esprit de réflexion

Comme chacun le sait, l’esprit bio n’est pas seulement un combat pour faire pousser des fruits et légumes sans OGM et pesticides. Il n’est pas également l’apanage d’une poignée d’individus investis dans la lutte contre la malbouffe. L’esprit bio est bien plus large et vaste que cela : il inclut une vision globale et humaniste allant dans le sens du respect des Hommes, de la Terre, et des ressources. A partir de cette définition, il est clair qu’il incombe à chacun d’entre nous de sensibiliser nos proches et nos amis à cette cause.

deglet nour bio

Et justement, en instaurant le débat autour de la question du Bio à la cantine, l’occasion est belle pour transmettre aux enfants, d’une manière plus générale, des outils sur la réflexion à mener dans le monde qui les entoure.

Cela passe par quelques réflexes …

– Savoir prendre du recul par rapport aux informations qui circulent.
– Se poser des questions sur les phénomènes (climatiques, actions de l’homme, etc…) que l’on voit aujourd’hui, et réfléchir à des solutions globales.
– Toujours être curieux, et chercher des infos sur ce qu’on ne connaît pas.
– Aimer découvrir de nouvelles choses.
– Savoir chercher les informations au bon endroit.
– S’ouvrir aux autres, notamment lorsqu’ils sont différents, car ils ont certainement une richesse que l’on n’a pas.

dattes bio

… et également quelques interrogations.

– Comment est constituée notre Terre ?

– Quelles sont nos ressources ?

– Qu’est-ce que le développement durable ?

– Comment mieux vivre dans notre environnement ?

– Comment comprendre le réchauffement climatique ?

– Comment vivre avec les autres en harmonie ?

Grâce à l’accompagnement des adultes dans cette éducation responsable, les nouvelles générations pourront développer un sens de la réflexion et de l’analyse, pour mieux comprendre le monde dans lequel elles vivent.

Et dire que tout est parti d’une histoire de cantine !

dattes bio paris

Une cantine 100 % Bio à l’école, 5 raisons d’y adhérer (4/6)

Quatrième marche vers la réussite de notre projet de cantine 100 % Bio aujourd’hui, sur les traces de la ville de Mouans-Sartoux, pionnière en la matière. L’objectif de cet article est de montrer en quoi la stratégie employée par cette petite commune des Alpes-Maritimes (à 12 km de Cannes) est remarquable sur bien des points, et notamment, comme nous allons le voir dans les lignes qui suivent, au niveau de la production locale. Bionoor, amoureux de dattes bio et de produits de même nature (!) s’arrête sur un des concepts clés du Bio : promouvoir la culture locale.

dattes bio algérie

Des produits Bio et locaux !

Comme nous l’avons précisé dans le premier article de cette série, la ville s’est dotée d’une régie agricole propre, et a investi dans l’embauche d’un agriculteur pour la gestion de cette activité. Avec la mise en œuvre de cette action, la ville a pu être indépendante pour une très grande partie de ses besoins locaux en matière d’alimentation, et donner un coup de pouce au circuit économique de la commune.

dattes bio paris

Avec une production  annuelle avoisinant les 20 tonnes, la ville alimente les 3 écoles de la ville ainsi que d’autres services annexes (crèches, etc…). En parallèle, la priorité donnée à la production locale favorise également la préservation de l’environnement, puisqu’en travaillant en circuit (ultra)court  à travers la limitation des déplacements liés au transport et à la livraison, la mairie réduit au maximum son empreinte écologique. Dans la même dynamique, elle a instauré un système de recyclage des déchets, grâce à une machine de compostage, pour pérenniser cette économie responsable et durable.

Manger local, c’est aussi manger sainement, puisque cette approche garantit par exemple l’utilisation exclusive de fruits et légumes de saison, et ferme la porte à toute tentative d’importation de produits (même bio) venant de l’autre bout du monde, dont la traçabilité est discutable et l’empreinte écologique catastrophique. Cette vision des choses, où tous les citoyens sont finalement acteurs de la chaine (production, transformation, livraison, consommation, recyclage) confère inévitablement à la ville une dynamique territoriale, dépassant le seul cadre scolaire. Si le cercle devient vertueux, on assistera à la création d’emplois au niveau agricole, artisanal, commercial, des services de proximité etc…

dattes bio

En effet, on espère à terme un développement à grande échelle au sein de la ville, puis du département, et in fine de la région de cette économie Bio-cale (biologique et locale), développement qui permettra par exemple à toutes les écoles des Alpes-Maritimes de s’engager dans de telles pratiques citoyennes. Nous n’en sommes peut-être pas encore là, mais la première graine est lancée, et le débat, lui, est bel et bien ou-Vert.

 

Une cantine 100 % Bio à l’école, 5 raisons d’y adhérer (3/6)

Troisième opus de notre série d’articles sur la cantine 100 % bio à l’école, série initiée par Bionoor suite à la réussite du projet de la ville de Mouans-Sartoux (06).
Après avoir mis en exergue l’importance du rôle de l’école dans cette action, l’accent sera mis aujourd’hui sur la logique d’indépendance sur laquelle a misé la mairie de Mouans pour consolider le projet. Et les résultats sont là pour appuyer la viabilité de cette stratégie : toutes les écoles sont concernées par cette instauration, et les prix n’ont pas augmenté. Bionoor, producteur de datte bio et d’énergies positives, vous décortique ce deuxième volet.

deglet nour bio

Raison n°2 : L’indépendance, clé de voûte pour le 100 % Bio

Ne pas être dépendant d’un producteur, ne pas être à la merci des cantines centrales, c’est aussi ça le secret de Mouans-Sartoux. En créant sa propre régie agricole, et en ayant sa cantine scolaire en interne, la ville a ainsi pu se doter d’un capital inestimable : l’indépendance en matière de gestion. A partir de là, la ville a pu construire sur des bases solides une stratégie intelligente.

En effet, la mairie a investi en recrutant un agriculteur pour s’occuper du terrain dédié à la culture des produits bio. Grâce à cela, Mouans a pu proposer des fruits et légumes de saison, non traités, sans OGM, et dans des quantités suffisantes.

dattes bio paris

A travers ce mode de gestion, la ville a pu mesurer et contrôler ses coûts, et « jouer » sur les approvisionnements. Cette souplesse dans la gestion des approvisionnements a permis à la cantine d’adapter ses quantités aux besoins des enfants, et de voir que finalement, les quantités n’étaient pas adaptées à leurs besoins (chose qui ne serait plus difficile dans le cadre d’une cuisine centrale, où les quantités sont standardisées) : les enfants jetaient énormément de restes, et gaspillaient ainsi, de manière indirecte, de l’argent et des ressources.

En se rendant compte de cet état de fait, la ville a pu réajuster les quantités, et voir que les besoins réels étaient moindres. Cette approche a donc permis des économies (20 centimes par repas et par enfant, imaginez à l’échelle de la ville et durant toute une année scolaire), économies qui ont financé le surcoût des produits bio. C’est donc tout naturellement serait-on tenté de dire, que la mairie a pu garder ses tarifs au même prix, et ainsi faciliter la vie aux parents.

dattes bio algérie

L’indépendance de sa régie agricole a également eu un effet positif sur la ville, en favorisant une production locale, en générant moins de pollution liée aux livraisons, et en proposant des fruits et légumes sains et saisonniers, sans avoir à se questionner sur l’origine et la qualité des produits.

 

 

Une cantine 100 % Bio à l’école, 5 raisons d’y adhérer (2/6)

Reprenons notre série sur la cantine 100 % bio à l’école, après le coup de maître réalisé par la mairie de Mouans-Sartoux (Alpes Martimes), qui, rappelons-le, a décidé de proposer des repas 100% bio dans ses écoles.

Plus qu’un simple effet d’annonce, cette décision est une marque d’implication remarquable et un travail d’équipe de plusieurs années, où ont été mêlés lutte contre le gaspillage, investissement durable, solidarité, générosité et indépendance.A plus grande échelle, cette victoire doit en appeler d’autres, et marquer un tournant dans notre engagement pour une nourriture plus saine.

dattes bio paris

Il est donc important pour nous, parents, de nous sensibiliser et de sensibiliser nos petites têtes blondes à une alimentation plus verte, plus naturelle, plus équilibrée. Bionoor, le spécialiste de la datte bio, vous expose quelques raisons de suivre les traces de la mairie de Mouans-Sartoux. 

Raison n°1 : L’école, est le lieu de tous les apprentissages

Comme disait Henri Rolland de Villarceaux « L’école, c’est le creuset où s’élabore l’avenir d’une génération ». L’école (mise à part l’école buissonnière) est le lieu de tous les apprentissages, que ce soit au niveau académique ou au niveau civique, pour permettre à tous d’acquérir du savoir (culture) certes, mais aussi du savoir-faire (compétences), du savoir-être et du savoir-vivre (esprit responsable & citoyen). C’est évidemment ce dernier point qui nous intéressera particulièrement dans notre approche.

datte bio

Il est évident que tous les foyers n’auront pas les moyens d’accéder à une alimentation Bio à la maison. L’école, de par son rôle éducationnel, peut palier, dans une certaine mesure, à ce manque à travers l’instauration d’une cantine 100 % bio. Si l’engagement pris par Mouhans-Sartoux de ne pas augmenter les prix est réitéré par les autres mairies, alors l’accès à une alimentation Bio à la cantine pourra se généraliser. Dans la continuité de cette action, les instituteurs pourront développer une série de cours, à la fois théorique (enseignements sur les bienfaits du Bio et ses effets sur la santé, explication du danger des pesticides et des OGM sur l’homme et la planète) et pratique (visite d’une ferme bio, plantation dans des jardins bio, rencontre avec des agriculteurs, etc…), allant de le sens de cette opération. Avec une telle prise en main, ne pensez-vous pas que les résultats seront au rendez-vous ? Sans doute que si.

datte bio paris

Autre avantage de l’école, et non des moindres, sa fonction de « socialisation » : dans un cadre où l’élève apprend, échange, vit, débat et se construit avec les autres, avec ses pairs qui plus est, l’efficacité de ce processus n’est plus à prouver[1]. Cet espace d’échange est une aubaine aux capacités encore sous-exploitées, même si les choses évoluent dans le bon sens.

In fine, l’utilisation de l’école dans le processus de sensibilisation des enfants pour une alimentation plus saine, contribue à la démocratisation d’une part du concept, mais aussi en faveur d’une plus grande efficacité d’action. En clair, nous jouerons sur la quantité et la qualité. Et la boucle est bouclée.

[1] Lire à ce sujet l’expérience du psychologue américain K. Lewin sur les ménagères américaines, expérience démontrant la plus grande efficacité de persuasion lors de discussion et d’échange entre pairs, par rapport à la recommandation venant d’une autorité par exemple.

Du miel, des abeilles et des maths (1/3)

S’intéresser au travail des abeilles, pour une marque de Bio comme Bionoor, c’est rappeler un travail d’orfèvre réalisé chaque jour dans le monde, par des petites bêtes très courageuses, complémentaires, et tellement utiles à l’humanité. Dans un article exceptionnel, Bionoor décrit le parcours incroyable de cet or ocre, de la fleur à votre palais, en présentant l’improbable travail scientifique que font les abeilles pour construire l’alvéole, leur coffre-fort tant convoité.  

dattes bio

La conception du miel

Pour bien comprendre comment le miel est fabriqué, il faut d’abord distinguer deux grands types d’abeilles :
– les abeilles butineuses (elles prennent le nectar des fleurs)
– les abeilles ouvrières (elles récupèrent le nectar des butineuses et le place dans la ruche)

1ère étape : le butinage et la transmission :

Dans un premier temps, les abeilles butineuses vont butiner les fleurs riches en nectar (appelées fleurs mellifères) et le stockent dans leur jabot (une petite poche). Une fois ce travail terminé, elles rejoignent leurs sœurs ouvrières pour leur transmettre le butin. Les abeilles ouvrières entrent alors en action, et déposent dans les alvéoles le nectar. Et là, la science des abeilles commence.

dattes bio deglet

2nde  étape : le dépôt et la transformation

Les ouvrières déposent alors le nectar dans les alvéoles (photo), ces petits hexagones pilés les uns sur les autres pour former le gâteau de cire.

Et ce n’est pas tout : elles réalisent des mélanges entre enzymes et nectar, permettant à ce dernier de se transformer en glucose & fructose, et d’avoir également de l’acide avec. Ce dernier, l’acide, est un excellent protecteur contre les bactéries. Le « mélange » obtenu n’est pas tout à fait du miel, puisqu’une autre tâche, toute aussi impressionnante, est encore nécessaire pour finaliser la fabrication.

3ème étape : l’évacuation de l’eau

A l’aide de leurs ailes, les abeilles ouvrières, décidément très actives, créent un courant d’air. Associé à la chaleur ambiante de la ruche, cet air va permettre d’enlever l’eau et de rendre le miel mature. En effet, un miel mature ne doit pas avoir plus de 18 % d’eau, pourcentage au-dessus duquel les microbes peuvent encore se développer.

dattes-bio

PS : notre bonus !

En bonus de ce premier opus sur les abeilles et le miel, quelques petits conseils pour bien choisir son produit.

  • Préférez toujours l’achat de miel directement chez un apiculteur, afin d’éviter les risques de transformation, traitement ou modification du produit.
  • Optez pour les miels extraits à froid (car à chaud, il perd de ses vertus)
  • Choisissez du miel cristallisé car c’est en général un signe de qualité
  • Si possible, optez pour des miels bio (ruches loin de la pollution, cire biologique, récolte à froid, etc…)

La datte Bio expliquée par Bionoor

Une datte bio, avant d’être proposée aux gourmands, doit suivre un certain protocole, pour rester dans la norme Bio. Car contrairement à des croyances populaires, toutes les dattes ne sont pas bio, bien au contraire. Bionoor, le spécialiste de la datte bio, vous emmène aujourd’hui au cœur de la Deglet Nour pour vous expliquer ses spécificités. Embarquement immédiat.

dattes bio

La réalité des dattes non bio

Bien souvent, les Deglet Nour sont traitées chimiquement à base d’insecticides, d’herbicides (pour les mauvaises herbes), et avec d’autres produits dits « préventifs », pour éviter toute prolifération d’insectes à l’intérieur de nos reines des sables. 

Pour les protéger des parasites et autres petites bêtes (petites chenilles par exemple), les palmiers sont traités par fumigation avec du Bromure de Méthyle, un gaz toxique nocif pour l’homme (irritations, troubles pulmonaires, etc…) comme pour la planète (gaz à effet de serre et destructeur de la couche d’ozone). Il arrive même, lorsque les criquets envahissent les palmeraies, d’asperger les dattiers par avion, afin de mettre fin aux nuisances de ces insectes. Pour la petite histoire, le Bromure de Méthyle a été interdit par le protocole de Montréal en 1987, mais certains pays ont refusé de signer la charte. En effet, il est un des produits les moins coûteux pour traiter les plantes et les protéger des insectes.

Parfois, le « traitement » va plus loin : les avancées scientifiques ont permis aujourd’hui de faire pousser des dattiers génétiquement (OGM) pour résister aux attaques de nos amis les insectes.

Malheureusement, beaucoup de dattes commercialisées sur le marché (en supermarchés, boucheries traditionnelles halal, épiceries orientales) sont produites selon ces procédés. On retrouve ces dattes, surtout durant le Ramadan, mais aussi pour Noël et Pâques dans les étales.

dattes

Autre contrainte d’ordre économique, la question du traitement par fumigation pour les dattes non bio, destinées à l’exportation. Cette technique est tout simplement obligatoire pour permettre aux dattes traditionnelles de quitter le territoire où elles ont été cultivées.

Le process de culture d’une datte bio :

Comme tout protocole d’agriculture biologique, la certification Bio pour les dattes doit respecter certaines règles :

1- Traçabilité de la graine de l’arbre au fruit :

Nous concernant, l’organisme EcoCert (qui délivre le label AB) peut vérifier chaque étape du processus de production du fruit, documents à l’appui. La transparence du début à la fin, afin de garantir aux consommateurs une Deglet Nour 100 % Bio.

2- Aucun produit chimique de traitement (insecticide, herbicide) et pas de modification génétique (OGM) :

Bien évidemment, puisque c’est le point névralgique du protocole Bio : ne pas traiter les fruits ou légumes, ni les plantations, avec des produits nuisibles à la nature (faune et flore). De même, la datte ni son arbre ne doivent être altérés au niveau génétique : ils doivent pousser et se développer de manière totalement saine et naturelle.

datte bio

3-Conforme à la philosophie du bio :

On fait référence ici aux grands principes du Bio, en matière d’éthique et de respect de l’éco-système. Cet esprit responsable se traduit par exemple par le refus d’une agriculture intensive, ou par la préservation des espèces végétales et animales lorsqu’elles sont menacées.

Pour nos dattes par exemple,  la protection contre les parasites et insectes se fera par des techniques plus artisanales, comme l’utilisation d’un filet anti-moustique, pour empêcher ces gourmandes bêtes de nous chiper nos Deglet Nour. Car le Bio, vous l’aurez compris, suppose un certain nombre de sacrifices d’ordre économique, pour permettre la préservation des espèces et de la terre. Mais ça en vaut la chandelle.