Bientôt 7 milliards de Terriens : l’enjeu du nombre

C’est l’information de ces jours-ci, vous n’en êtes certainement pas réchappés : 7 milliards d’humains, c’est le nombre que nous devrions être après le 31 octobre…autrement dit là, très bientôt !
Les angoisses pleuvent dans beaucoup de médias : comment allons-nous faire pour nourrir tout ce monde ?! Les réponses sont pourtant bien là…


Nous étions un milliard de moins il y a encore moins de 15 ans*. Sept milliards, c’est le nombre que nous serons d’humains sur Terre ce 31 octobre. Les chiffres de la population mondiale viennent d’être communiqués, et le monde est en panique ! Pourquoi ? A cause de la question que les médias nous ressassent régulièrement : nourrir toutes ces bouches, est-ce possible ?

Entre catastrophisme et réalisme

Au-delà du catastrophisme, marque de fabrique de l’exercice quotidien des JTs, il y a beaucoup moins de raisons de s’émouvoir que l’on peut penser.
Ne nous laissons pas à titre d’exemple berner par les famines cycliques en Corne de l’Afrique et dans d’autres régions du monde qui remplissent – cycliquement, donc – nos colonnes de journaux. Car celles-là se déroulent scandaleusement alors même que les moyens d’y remédier sont bien présents !
Souvenez-vous de cette invective lancée par le ministre allemand responsable des affaires africaines contre la Chine, en juillet dernier. Il est reproché à l’empire du capitalisme communiste d’acheter en Ethiopie des terrains pour les consacrer à une agriculture intensive tournée vers l’export. Si tel est effectivement le cas, quid des populations locales, qui meurent de faim ?

Quand Nord-au-ventre-rond regarde Sud-au-ventre-creux

Autre paradoxe : la révolution agricole de la PAC européenne dans les années 1960 aura amené des gaspillages monstre sur notre propre continent (30 à 50 % de la production sur l’ensemble de la planète), et le retournement récent du modèle via la régulation communautaire ou le développement, certes spectaculaire, du bio n’enrayeront pas cet état de fait. En tout cas pas tout de suite. Aujourd’hui, et depuis plusieurs années, les agriculteurs n’y trouvent pas si souvent leur compte.

Nous vivons de ce point de vue dans un monde à deux vitesses. Marion Guillou, auteure de Neuf milliards d’hommes à nourrir, estime que 1,45 milliards des personnes vivant sur Terre sont surnourries. Comment avoir l’esprit tranquille quand le Nord-au-ventre-rond se gave en regardant le Sud-au-ventre-creux mourir ?
Notre réel modèle de solidarité internationale n’est-il pas à créer ici, comme une alternative à la fausse démocratie internationale ONU-OMC ? Hadj Khelil, notre fondateur mais aussi spécialiste de l’économie, aurait sans doute beaucoup à dire sur le sujet…

Pas de panique sur l’enjeu mutritionnel…what else?

Le quotidien gratuit Metro** cite Gilles Pinson, directeur de recherche à l’Ined (Institut national des études démographiques), qui explique qu' »On arrivera sans doute à nourrir 10 milliards d’habitants demain aussi bien, voire mieux, que 7 milliards aujourd’hui », sachant que depuis quarante ans, les rendements agricoles ont plus que doublé.

Si Bionoor s’intéresse au sujet, nos chers lecteurs l’auront compris, c’est bien sûr que la problématique agroalimentaire est clairement évidente. Mais aussi parce que les questions environnementales sont tout aussi prégnantes.
L’ONU prévoit qu’en 2050, 200 millions de personnes seront forcées de migrer à cause des dérèglements climatiques. En première ligne, le îles-Etats qui se préparent à subir de front la montée des eaux…qui en fait la subissent déjà. En Afrique, et Bionoor en sait quelque chose, c’est l’avancée du désert qui menace la stabilité géographique des populations. D’où la nécessité d’agir, chacun à son niveau.

L’enjeu plus inquiétant : le réchauffement climatique

Ici, davantage que de partage des vivres, il est question de multiplication des causes du réchauffement, chaque individu en étant un opérateur à une échelle très variable. Car plus nous seront nombreux, plus – si nous nos modes de vie n’évoluent pas – les rejets de GES (gaz à effet de serre) seront importants. La démonstration est mathématiquement évidente…a priori.

Mais qu’on ne se méprenne pas. La culpabilisation, qu’elle soit une pression extérieure ou autocentrée, n’a pas à être de mise.

Sur ces deux enjeux du nombre, que sont donc l’alimentation du septième milliard et les conséquences sur le climat, celle qui a le plus de raison de nous inquiéter est la deuxième, car la visibilité est faible sur l’avenir. Quant à la question alimentaire, l’important est de chercher des solutions, nous diraient les médias classiques. Et si nous puisions dans celles qui existent déjà ?





* Nous avons passé la barre des 6 milliards d’humains sur Terre en 1999
**Edition du 26 octobre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *